Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Résultat de la recherche
La rédaction et la communication
Rédaction administrative et commerciale > Correspondance > Lettre



Vedette

 

On appelle vedette les informations relatives au destinataire : nom, fonction, entreprise qu’il représente et adresse postale de celle-ci.

 

La vedette s’écrit contre la marge de gauche, quelques interlignes plus bas que les mentions de lieu et de date. La vedette correspond à une suscription (nom et adresse d’un ou d’une destinataire figurant sur une enveloppe; le nom du pays est facultatif).

 

En théorie, la vedette peut occuper un espace illimité dans la lettre. On peut y faire figurer autant de lignes qu’on le souhaite, et ces lignes peuvent être aussi longues que nécessaire. Cependant, lorsqu’on sait que la lettre sera insérée dans une enveloppe à fenêtre, on doit limiter à cinq le nombre de lignes de la vedette. On doit aussi s’assurer que la longueur des lignes n’excède pas la largeur de la fenêtre de l’enveloppe. Pour connaître les règles à suivre pour abréger les adresses en cas de contrainte d’espace, vous pouvez consulter l’article Abréviations dans les adresses.

 

 

Nom du ou de la destinataire

 

La première ligne est généralement constituée du titre de civilité (Madame, Monsieur, Docteur, Docteure, Maître), du ou des prénoms et du nom du destinataire. Aucun de ces éléments ne peut être abrégé. Viennent ensuite, dans l’ordre : le titre de fonction (sur la ligne qui suit le nom avec une majuscule initiale ou apposé au nom, en minuscules et précédé d’une virgule), le nom du service ou de la direction et celui de l’entreprise (sur des lignes distinctes). Lorsqu’une personne cumule plusieurs responsabilités lui conférant plus d’un titre (par exemple, ministre et député ou encore directrice des communications et secrétaire générale), on s’en tient à celui qui est pertinent dans le contexte de la lettre. Il arrive cependant, parfois, qu’on puisse mentionner deux titres qu’on pourrait qualifier de « composés » et qui sont étroitement liés, pratiquement lexicalisés, par exemple, président-directeur général, secrétaire-trésorier, voire vice-présidente et directrice générale.

 

Dans la très grande majorité des cas de correspondance administrative ou commerciale, on s’adresse principalement à une seule personne au sein d’un organisme ou d’une entreprise. Dans la vedette, on écrit donc en premier lieu le nom de cette personne. Toutefois, dans le cas particulier où le contenu de la lettre s’adresserait à un groupe, mais qu’on voudrait charger précisément quelqu’un de transmettre le message à ce groupe, on pourrait utiliser la mention à l’attention de suivie du nom de la personne à qui l'on confie cette responsabilité. Pour en savoir davantage sur cette façon de faire, vous pouvez consulter les articles À l’attention de et Appel.

 

Dans le cas d’une circulaire non personnalisée, dont la vedette ne comporte que le nom et l’adresse d’une entreprise ou d’un organisme, on peut écrire, selon le contexte, le nom d’une entité administrative comme Direction des communications, Direction des ressources humaines, Service des ventes, ou encore À la direction. Pour en savoir davantage sur ce sujet, vous pouvez également consulter l’article Appel.

 

 

Adresse

 

Au Québec, certains éléments de l’adresse doivent toujours s’écrire dans la langue dans laquelle ils sont officialisés par la Commission de toponymie, langue qui est généralement le français; il s’agit de la rue ou des autres génériques de voies de communication, du point cardinal qui leur est rattaché, de la ville et de la province. Ces éléments ne devraient pas se traduire en anglais. Les ministères et les organismes de l’Administration sont tenus de n’employer que le français dans les adresses au Québec. Beaucoup de grandes entreprises ont aussi adopté ce principe.

 

On peut trouver, devant l’adresse, des renseignements divers : le nom de l’unité administrative et de l’entreprise ou de l’organisme où le ou la destinataire travaille, un nom d’immeuble, un numéro d’étage, un numéro de case postale. Ces renseignements sont facultatifs, excepté le numéro de case postale dans le cas où l’envoi doit être livré dans un bureau de poste. Quand on inclut divers renseignements à la vedette, on les présente du plus particulier au plus général (comme tous les autres éléments de la vedette, d’ailleurs), au-dessus des éléments de l’adresse municipale en elle-même. Les renseignements divers qui précèdent l’adresse peuvent occuper plusieurs lignes de la vedette. Pour en savoir davantage à leur sujet, vous pouvez consulter l’article Renseignements divers précédant l’adresse.

 

On présente ensuite, sur la même ligne, le numéro, la voie de communication (odonyme), suivie du point cardinal le cas échéant, et le numéro de bureau. Pour économiser de l’espace, il est possible d’abréger le point cardinal, mais uniquement si le générique de la voie de communication (boulevard, avenue) l’est déjà. Le générique s'écrit avec une minuscule initiale. Lorsqu’il est désigné par un numéro, il s'écrit avec une majuscule initiale. Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Numéro et rue, Point cardinal et Numéro d’appartement ou de bureau.

 

À la ligne suivante apparaissent le nom de la ville, celui de la province (entre parenthèses et précédé d'un espacement) et le code postal (précédé de deux espacements). Si besoin est, le nom du pays figurera, en majuscules, sur la ligne suivante. Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Nom de ville, de village ou de municipalité et Province, territoire, État.

 

Si le nom d’un immeuble ou d’un ensemble immobilier est nécessaire, on le présente au-dessus de la ligne où est indiquée la voie de communication. Dans le cas d’un ensemble immobilier, la mention qui précise la partie de l’ensemble (tour, aile, bâtiment, etc.) et qui peut être accompagnée d’un numéro, d’une lettre ou d’un point cardinal suit, normalement, le nom de l’ensemble. Le numéro d’étage est mentionné après le nom de l’immeuble s’il y en a un. Sinon, il est mentionné après le nom de la voie de communication. Cette façon de faire respecte la règle générale voulant que l’on ordonne toutes les informations de la vedette du particulier au général.

 

Dans une adresse postale au Canada, on utilise, au besoin, les mots case postale (C. P.) et succursale (succ. ou sle) plutôt que les mots casier postal ou boîte postale et station.

 

Lorsqu’on manque d’espace sur une même ligne, on peut inscrire le numéro de bureau sur la ligne précédant l’adresse elle-même et le code postal sur la ligne suivant celle de la ville et de la province. En cas de manque de place, le numéro d’étage peut également apparaître sur la ligne précédant le nom de l’immeuble ou de la voie de communication.

 

Pour en savoir davantage sur la désignation du ou de la destinataire et sur l’écriture de l’adresse, vous pouvez consulter les différents articles de la section Adressage.

 

Exemples :

 

Madame Catherine Lafond

Adjointe administrative

Direction des ressources humaines

Entreprise Alphabet inc.

2003, boulevard René-Lévesque Ouest, bureau 1005

Montréal (Québec)  H2L 4T3

 

Madame Catherine Lafond

Direction des ressources humaines

Entreprise Alphabet inc.

Bureau 1005

2003, boul. René-Lévesque O.

Montréal (Québec)

H2L 4T3

 

Madame Catherine Lafond

Adjointe administrative

Direction des ressources humaines

Industrie Canada

Complexe Paul-Leclerc, tour Nord, 6e étage

200, 7e Rue

Sainte-Claire (Québec)  GOS 3W9

CANADA

 

 

Exemple fautif :

 

Mme Catherine Lafond

Adj. administrative

Dir. des ressources hum.

Entreprise Alphabet inc.

Bureau 2005

2003, boulevard René-Lévesque O.

Mtl (Québec)  H2L 4T3

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles