Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
Index des nouveautés
La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Doublets abrégés



Les déterminants et les pronoms       Nouveauté

 

Selon ce qui est indiqué dans l’avis de l’Office québécois de la langue française sur la féminisation des appellations de personnes et la rédaction épicène, dans les textes en général, l’utilisation des doublets abrégés (formes tronquées) n’est pas recommandée. Toutefois, étant donné que la rédaction épicène s’avère trop souvent mise de côté au profit du masculin générique par manque de place, l’Office juge que l’emploi des doublets abrégés peut alors devenir une option dans les contextes où l’espace est restreint (par exemple, les tableaux, les formulaires, les publications dans des plateformes de microblogage) ainsi que dans les écrits de style télégraphique.

 

 

Les doublets abrégés sont généralement utilisés pour les appellations de personnes et les déterminants qui les précèdent. Pour ces derniers, ainsi que pour les pronoms, des règles particulières s’appliquent. En effet, on recourra à la réduction des déterminants et des pronoms seulement lorsqu’il s’agit de cas d’ajout de e, par exemple : un(e) ou certain(e)s.

 

Dans tous les autres cas, on mettra le déterminant ou le pronom féminin au complet entre parenthèses (ou entre crochets), avec une espace avant la parenthèse ouvrante (ou avant le crochet ouvrant), par exemple : le (la), il (elle), ce (cette), tous (toutes), ceux (celles).

 

Il est à noter que, par souci d’uniformité, quand on emploie un doublet abrégé d’appellations, il ne faut pas laisser de doublet complet de déterminants, même si le gain en espace est minime avec l’emploi de parenthèses (ou de crochets). Ainsi, tous les éléments féminins sont présentés de la même manière.

 

Exemple :

 

– Inspection par le (la) soudeur(-euse)
(plutôt que : inspection par le ou la soudeur(-euse))

 

Enfin, l’élision est obligatoire devant un nom qui commence par une voyelle ou un muet. Il faut donc porter une attention particulière aux cas comme l’inspecteur ou l’inspectrice.

 

Exemple :

 

L’inspecteur[-trice] (plutôt que : le [la] inspecteur[-trice])

 

 

Compléments :

 

Les signes à privilégier (Doublets abrégés)

Les types de doublets abrégés (Doublets abrégés)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles