Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes hybrides



Canceller et cancellation

 

Le verbe canceller et le nom cancellation ne sont, pour ainsi dire, plus utilisés en français. En effet, on ne trouve attesté dans notre langue le terme cancellation qu'en droit ancien, avec le sens de « procédé d'annulation d'un acte juridique, consistant à recouvrir l'écrit de lignes croisées rappelant le grillage d'une barrière ». De même, le verbe canceller avait, en droit ancien, le sens d'« annuler un acte aboli ou périmé par cancellation ». Ces sens très anciens ne sont plus guère attestés que dans quelques ouvrages.

 

En langue courante, les mots canceller et cancellation viennent des formes anglaises to cancel et cancellation. Ils sont utilisés principalement à l'oral et doivent être remplacés par annuler et annulation.

 

Ainsi, on ne dira pas canceller un appel, un chèque, un rendez-vous, mais annuler un appel, un chèque, un rendez-vous. Même chose pour cancellation de réunion, de conférence ou de concours, qu'on remplacera par annulation de réunion, de conférence ou de concours.

 

Exemples :

 

- Je devrai annuler mon rendez-vous chez le dentiste. (et non : Je devrai canceller)

- Le cours a été annulé faute d’étudiants. (et non : a été cancellé)

- En cas d’annulation, vous serez remboursés. (et non : en cas de cancellation)

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles