Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition devant un nom



Du monde, au monde

 

Parle-t-on de la plus grande ville du monde ou au monde? Les deux constructions sont-elles possibles? Et, le cas échéant, y a-t-il une nuance de sens entre celles-ci?

 

Le renforcement du superlatif relatif est traditionnellement illustré dans les dictionnaires par la locution du monde. Mais il semble qu’aucun obstacle grammatical n’empêche l’emploi du tour avec à (au monde). En outre, un relevé de l’usage de du monde et d’au monde dans la presse francophone, et plus largement dans Internet, révèle que les deux constructions sont aussi courantes l’une que l’autre, et ce, dans toute la francophonie, dans des phrases où il y a un superlatif relatif.

 

 Au Québec, des observateurs de la langue ont toutefois condamné l’emploi de la locution au monde dans ce type de contextes, sous prétexte que le superlatif relatif ne devait se construire qu’avec du monde, se basant sur le fait que les dictionnaires n’illustraient pas cette tournure. Cette condamnation n’a pas lieu d’être, les deux tours peuvent très bien s’employer, comme l’atteste le Dictionnaire de l’Académie française qui consigne les deux formes : « Du monde, Au monde, renforce un superlatif relatif. »

 

Exemples :

 

- C’est le plus bel endroit du monde. (ou : au monde)

- « Le plus grand herbier du monde retrouve la lumière [titre] […] l’herbier national, l’un des plus grands au monde, est tout le contraire de ce que l’on imagine de prime abord […]. » (Le Figaro, quotidien français, 2013)

- « des trains à grande vitesse, un système de santé parmi les meilleurs au monde, une nourriture saine, un mode de vie enviable […]. » (Le Monde, quotidien français, 2014)

- « Vos ouvriers et ingénieurs sont parmi les meilleurs du monde. » (Le Monde, quotidien français, 2015)

- « Mais quel est donc le meilleur restaurant au monde? » (Le Figaro, quotidien français, 2013)

- « Intoxication dans le meilleur restaurant du monde [titre] » (Le Figaro, quotidien français, 2013)

- « La meilleure bière au monde est belge depuis quelques années. » (Le Soir, quotidien belge, 2014)

- « Et c’est ici que l’on produit la vraie meilleure bière du monde. » (Le Soir, quotidien belge, 2013)

- « Apple, la plus grande entreprise au monde selon la valeur boursière, emploie 92 600 collaborateurs. » (Le Temps, quotidien suisse, 2015)

- « […] nous pouvons créer un portefeuille composé de ce que nous considérons être les meilleures entreprises du monde […]. » (Le Temps, quotidien suisse, 2014)

 

Haut

 

L’angle sous lequel les faits sont présentés est cependant quelque peu différent. Le choix de la préposition de implique une relation « partitive », d’un élément appartenant à un ensemble, alors que celui de la préposition à met plutôt l’accent sur l’aspect « locatif », sur le lieu. L’emploi de la préposition de est à rapprocher de celui de parmi ou d’entre, tandis que la préposition à pourrait être remplacée par dans ou en, selon le contexte. Ainsi, le meilleur restaurant de Québec présente celui-ci comme un restaurant parmi les autres restaurants de Québec, alors que le meilleur restaurant à Québec renvoie plutôt à un restaurant dans la ville de Québec, autrement dit, le meilleur restaurant en ville.

 

En outre, la valeur « locative » véhiculée par la préposition à se retrouve dans des énoncés comme : le train le plus rapide qui soit au monde ou la deuxième ville en importance au monde. Si de telles constructions sont tout à fait grammaticales, rien ne permet de condamner la formulation le plus grand spécialiste au monde, même si la plupart des ouvrages qui traitent du superlatif relatif recourent à la préposition de (du monde).

 

Par ailleurs, il y a des contextes où du monde et au monde ne sont pas interchangeables. Après un adverbe, on emploie du monde. Au contraire, après certains mots comme unique, nul, rien, personne, ce sera au monde.

 

Exemples :

 

- Elle lui a révélé le plus innocemment du monde son secret.

- Il a agi le plus honnêtement du monde dans cette affaire.

- Offrir un bijou unique au monde.

- Tu es ce que j’ai de plus cher au monde.

- Je ne voudrais manquer ce spectacle pour rien au monde!

- Être seul au monde.

- Aucun argument au monde ne pourra me faire changer d’idée.

- Personne au monde ne lui arrive à la cheville.

 

Dans d’autres contextes, en raison sans doute du caractère quelque peu figé des expressions ou des phrases, on attendra plutôt du monde.

 

Exemples :

 

- On dit des Champs-Élysées que c’est la plus belle avenue du monde.

- La prostitution est souvent décrite comme le plus vieux métier du monde.

- Je ne manquerais pas ça pour tout l’or du monde!

- Les pyramides d’Égypte sont une des Sept Merveilles du monde.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles