Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Gouvernement et Administration

 

Il existe une distinction traditionnelle entre gouvernement et Administration (avec un A majuscule). Par gouvernement, on entend la branche législative et exécutive au sommet de l’État, c’est-à-dire les organes investis de l’autorité politique, ceux qui exercent le pouvoir politique. L’Administration, qui est l’ensemble des services publics, a une fonction instrumentale par rapport au pouvoir politique. Les employés de l’Administration (ou de la fonction publique) n’occupent pas des postes politiques. Leur rôle est de mettre en œuvre les décisions prises par le gouvernement.

 

Exemples :

 

- La jeune avocate a obtenu un poste de ministre dans le nouveau gouvernement.

- Le gouvernement s’apprête à déposer un projet de loi sur cette question.

- Plus d’une cinquantaine de nouveaux élus ont fait leur entrée au gouvernement.

 

Comment alors expliquer cette confusion dans l’usage lorsque l’on dit d’un fonctionnaire qu’il travaille au gouvernement ou pour le gouvernement, ou qu’il est un employé du gouvernement?

 

La distinction sémantique entre gouvernement et Administration reste ténue. Administration est parfois défini comme « le gouvernement considéré dans son action administrative », ce qui laisse supposer qu’en théorie l’Administration ferait partie du gouvernement. Cet amalgame n’est pas récent; déjà dans son Dictionnaire de l’administration française, publié à Paris en 1877, Maurice Block écrivait : On confond souvent, mais à tort, le Gouvernement avec l’administration. Cette confusion provient peut-être de ce que l’autorité gouvernementale et l’autorité administrative sont souvent réunies dans la même personne, […] de ce que les fonctionnaires et agents administratifs sont hiérarchiquement subordonnés aux membres du Gouvernement, et font, pour ainsi dire, corps avec lui. Mais ces deux autorités n’en sont pas moins distinctes l’une de l’autre, comme la volonté et l’action. C’est le Gouvernement qui dirige, qui donne l’impulsion; c’est l’administration qui agit, qui exécute.

 

D’abord critiqué, cet emploi de gouvernement équivalant à Administration a été admis au XXe siècle par les dictionnaires de langue les plus importants. Le Trésor de la langue française donne à gouvernement le sens, par extension, d’« ensemble des organes d’exécution, d’administration d’un pays; administration de l’État », citant Verlaine dans un passage où il est question d’un employé du gouvernement. De même, Le grand Robert consigne dans l’article gouvernement l’acception « Administration centrale de l’État » et l’illustre avec les exemples suivants : employé du gouvernement, fonctionnaire, agent préposé du gouvernement. Cet ouvrage précise que cet emploi est « abusif en droit ». Il est vrai que, dans des textes spécialisés de cette nature, il importe de respecter les distinctions strictes entre les termes, mais l’extension sémantique de gouvernement est acceptée, même s’il demeure toujours possible de s’en tenir au sens premier.

 

Exemples :

 

- Il s’est présenté à un concours pour entrer au gouvernement. (ou : dans la fonction publique ou dans l’Administration)

- Ses parents travaillent tous les deux au gouvernement. (ou : sont tous deux fonctionnaires)

- Les employés du gouvernement (ou : les fonctionnaires) ont finalement conclu une entente avec l’État. (ou : Les employés de l’État ont finalement conclu une entente avec leur employeur.)

 

 

Pour savoir dans quels cas il faut recourir à la majuscule, vous pouvez consulter les articles Administration et Gouvernement.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles