Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Tours d’horizon et autres explications



Venir et devenir

 

Au Québec, on relève le verbe venir, suivi d’un attribut, au sens de « devenir ». C’est en fait un emploi ancien en français, attesté du XVe au XVIIe siècle, et qui a survécu dans bon nombre de parlers régionaux en France, mais aussi en Belgique, en Suisse et dans les parlers français d’Amérique, dont bien sûr au Québec.

 

Aujourd’hui, cet usage de venir est perçu comme familier en français québécois et tend à s’effacer au profit de devenir, qui est le mot neutre dans un contexte plus soigné. C’est pourquoi on ne le trouve pas vraiment utilisé à l’écrit. Outre la construction devenir suivi d’un attribut, on peut aussi lui substituer un verbe simple (pâlir, s’enrichir, enfler, rougir, etc.), selon le contexte.

 

Exemples :

 

- Il ne faut quand même pas devenir fou avec ça! (ou, plus familièrement : venir fou)

- En apprenant la nouvelle, elle est devenue toute pâle. (ou : a pâli et, plus familièrement : est venue toute pâle)

- Il ne pense pas devenir riche avec ça, mais ça l’occupe. (ou : s’enrichir et, plus familièrement : venir riche)

- Sa cheville est devenue tout enflée; il ne pouvait plus se porter dessus. (ou : a enflé et, plus familièrement : est venue tout enflée)

- Il faut rentrer les coussins, sinon ils deviennent humides et prennent du temps à sécher. (ou, plus familièrement : viennent humides)

- Ajoute un peu de lait si la sauce devient trop épaisse. (ou : épaissit trop et, plus familièrement : vient trop épaisse)

- En entendant cela, il est devenu tout rouge. (ou : a rougi et, plus familièrement : est venu tout rouge)

 

Dans un sens voisin et avec une idée de progression, on emploie également au Québec le verbe s’en venir suivi d’un attribut (par exemple : elle s’en vient bonne). Le tour relève du même registre familier, mais son origine n’est pas aussi clairement expliquée, cet emploi n’ayant pas été relevé par les spécialistes qui ont attesté venir dans le sens qui précède. S’en venir, dans cette acception, ne semble pas non plus avoir été répertorié dans les dictionnaires de langue ancienne. Dans un registre plus neutre, on emploierait plutôt devenir, se faire ou, là encore, des verbes simples comme vieillir, grandir ou pousser, selon les contextes.

 

Exemples :

 

- On vieillit. (ou : se fait vieux et, plus familièrement : s’en vient vieux.)

- Le quartier devient de plus en plus beau avec tous les travaux qu’on y a faits.
(ou : embellit et, plus familièrement : s’en vient beau)

- Tes enfants grandissent; il faut les laisser vivre! (ou, plus familièrement : s’en viennent grands)

- La haie a poussé; il faudrait penser à la tailler. (ou, plus familièrement : s’en vient haute)

- Cette série devient de plus en plus populaire. (ou, plus familièrement : s’en vient de plus en plus populaire)

 

 

Pour en savoir davantage sur d’autres emplois de venir, vous pouvez consulter les articles À venir jusqu’à, Être, aller ou venir pour, Venir au sens d’être offert et Venir et devenir.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles