Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Cas particuliers liés à l'orthographe



Résidant et résident

 

Quand doit-on écrire résidant? Et résident? La consultation d’un dictionnaire n’aide pas toujours à y voir plus clair. Voici ce qu’il faut retenir à propos des deux graphies possibles, an ou en.

 

Participe présent

 

Le participe présent du verbe résider, « être établi, avoir son domicile en un lieu », est toujours résidant.

 

Exemples :

 

- Les artistes résidant au centre culturel organisent une exposition.

- Résidant à l’étranger, ces Canadiennes n’ont pas voté.

- Les étudiants résidant à la cité universitaire viennent des cinq continents.

 

 

Nom – Langue générale

 

Le nom employé pour désigner une personne résidant en un lieu donné peut s’écrire résident, résidente ou résidant, résidante. Pour des raisons de simplification orthographique, il est préférable de choisir la graphie en lorsqu’il s’agit du nom, mais l’emploi de la graphie an n’en demeure pas moins correct. Les noms résidant et résidante sont formés à partir du participe présent du verbe résider, et le changement de catégorie grammaticale observé correspond en français à un procédé de création lexicale normal.

 

Exemple :

 

- Les résidentes et les résidents de cet immeuble apprécient son calme.

 

Notons que, en dehors des contextes administratifs et juridiques, notamment dans les textes qui traitent de géographie, c’est le nom habitant qu’on emploie pour désigner une personne qui habite en un lieu donné.

 

Exemple :

 

- Les habitants et les habitantes de ce pays ont un niveau de vie élevé. (et non : les résidents et les résidentes de ce pays)

 

 

Nom – Langue de spécialité

 

Les noms résident et résidente sont aussi utilisés dans divers domaines de spécialité avec des sens particuliers. Par exemple : en droit, ils renvoient à une personne établie dans un pays autre que son pays d’origine; en médecine, ils désignent un ou une médecin qui fait une spécialisation. Dans la langue de spécialité, c’est la graphie en qui s’impose, d’où l’intérêt de toujours privilégier cette graphie lorsqu’il s’agit du nom : la question de la variation possible, en ce qui concerne le substantif, ne se pose alors plus.

 

Exemples :

 

- Les résidents américains au Canada ont pu voter.

- Elle vient d’obtenir le statut de résidente permanente.

- C’est une résidente en médecine qui l’a examiné.

- C’est le médecin résident qui l’a examinée. (nom en apposition)

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles