Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Grand et gros

 

Les adjectifs épithètes grand et gros (grande et grosse au féminin), apparaissant généralement devant le nom qu’ils caractérisent, possèdent de nombreux sens, dont certains se recoupent. Ainsi, on se demande parfois si c’est l’un ou l’autre qui devrait préférablement se trouver devant tel ou tel nom. Par exemple, vaut-il mieux dire un grand ou un gros soupir pour désigner une profonde expiration causée par l’émotion? Les deux combinaisons sont possibles.

 

Gros peut remplacer grand (et vice versa) avec une nuance de sens subtile, voire imperceptible, dans de nombreux énoncés.

 

Exemples :

 

- Tous les grands/gros titres de la presse canadienne concernent cet attentat.

(titres importants/titres en gros caractères)

- Pour gravir cette grande/grosse montagne, vous devrez traverser trois cours d’eau.

(montagne dont les dimensions globales dépassent la norme)

- Très large, ce grand/gros immeuble a une vaste superficie intérieure.

(immeuble dont les dimensions globales dépassent la norme)

- L’encre formait une grande/grosse tache sur le dessin d’Alicia.

(tache relativement étendue)

- Ne t’expose pas inutilement à ce très grand/gros danger.

(grave danger)

- Lui avoir fait confiance a été une grande/grosse erreur.

(erreur aux conséquences fâcheuses)

- Une grande/grosse foule a assisté au spectacle.

(foule nombreuse)

- Nous avons attendu une grande/grosse demi-heure avant de rencontrer la médecin.

(demi-heure dépassée ou qui semble avoir été dépassée)

- Marcelle est une grande/grosse fumeuse.

(personne qui fume beaucoup)

- Les enfants doivent bien s’hydrater en période de grandes/grosses chaleurs.

(chaleurs intenses)

- L’héritier de cette grande/grosse fortune n’est nul autre que ton cousin Dimitri.

(fortune dont la valeur dépasse la mesure ordinaire)

- Charles-Éric souffre de mononucléose, et pas seulement de grande/grosse fatigue.

(fatigue importante)

- Le peu de pluies estivales a anéanti tout espoir de grande/grosse récolte.

(récolte abondante)

- Heureusement, personne n’a perdu la vie dans ce grand/gros incendie.

(important incendie)

- Laura n’a pas un grand/gros appétit ni une grande/grosse santé.

(solide appétit, santé robuste)

 

 

Dans d’autres cas, cependant, substituer gros à grand ou grand à gros change le sens de l’énoncé puisque les deux adjectifs présentent bien sûr malgré tout d’importantes distinctions sémantiques.

 

Exemples :

 

- Ce grand/gros immeuble compte trente étages.

(immeuble dont la hauteur dépasse la norme/immeuble dont les dimensions globales dépassent la norme)

- Elle a épousé le grand/gros jeune homme que voilà.

(jeune homme de taille élevée/jeune homme corpulent)

- Je ne ferai jamais de kayak sur une grande/grosse rivière.

(longue rivière/rivière violente)

- Seule une grande/grosse personne peut en faire la démonstration.

(personne adulte/personne en excès de poids)

- Garde tes énergies pour la grande/grosse journée de demain!

(journée marquante/journée chargée)

- Évite, s’il te plaît, d’employer de grands/gros mots.

(mots emphatiques/mots grossiers)

- Monsieur Antoine cuisinera deux grands/gros repas pour ses invitées.

(repas raffinés/repas copieux)

- Ces hommes en complet sont de grands/gros financiers.

(financiers talentueux, riches et puissants/financiers riches et puissants, mais non nécessairement talentueux)

- Je reprendrai un verre de ce grand/gros rouge.

(vin rouge exceptionnel/vin rouge médiocre)

- Cette grande/grosse voix, c’est celle de Marcus.

(voix mélodieuse, puissante/voix grave et forte, voire fâchée)

- Céline et Mélissa ont éclaté d’un grand/gros rire.

(rire franc, voire bruyant/rire vulgaire)

- Sa seule réponse à l’offense fut de grands/gros yeux muets.

(yeux muets ouverts d’étonnement/yeux muets emplis de reproches)

- Il croit énoncer de grandes/grosses vérités, mais rien n’est moins sûr.

(vérités fondamentales/vérités évidentes)

- La vedette aperçue tout à l’heure loge dans ce grand/gros hôtel.

(hôtel luxueux/hôtel de dimensions importantes)

- Elle a lu ce grand/gros ouvrage.

(ouvrage remarquable/ouvrage volumineux)

- C’était une grande/grosse partie de hockey.

(belle partie de hockey/partie de hockey difficile, voire capitale)

 

 

Dans d’autres cas encore, le choix entre grand et gros tient parfois moins au sens qu’à un certain figement. Par exemple, on dira un gros rhume plutôt qu’un grand rhume pour parler d’une rhinite aiguë, ou encore on dira plus fréquemment, au Québec, un gros merci qu’un grand merci.

 

 

Notons que certains dictionnaires mentionnent explicitement que l’emploi de gros est un moyen de souligner une caractéristique péjorative. Toutefois, l’emploi de grand peut aussi permettre d’atteindre ce but : gros bêta, grand sot, gros/grand nigaud; etc.

 

 

Postposées, les épithètes grand et gros peuvent changer de signification.

 

Exemples :

 

- Une grosse femme (femme corpulente)/une femme grosse (femme enceinte, vieilli) (mais : une femme extrêmement grosse [corpulente])

- Un grand homme (homme important)/un homme grand (homme de taille élevée)

(mais : un homme grand et noble [important et moralement élevé])

 

 

Pour connaître les diverses définitions des épithètes grand et gros ainsi que les locutions dans lesquelles elles entrent respectivement, on consultera avec profit un dictionnaire de langue générale.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles