Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Accord du participe passé > Cas particuliers d'accord du participe passé



Participe passé d'un verbe pronominal suivi d'un adjectif, d'un autre participe passé ou d'un infinitif

 

L’accord du participe passé d’un verbe pronominal est différent selon que ce participe est suivi d’un adjectif, d’un autre participe passé ou d’un infinitif.

 

 

Quand le participe passé d’un verbe pronominal est suivi d’un adjectif ou d’un autre participe passé, il y a accord avec le sujet.

 

Exemples :

 

- Après tous ces efforts, elles se sont senties très fatiguées.

- Elles se sont senties obligées de répondre.

- Elles se sont senties acceptées par le groupe.

- Elles se sont vues récompensées de leurs efforts.

 

 

Quand il est suivi d’un infinitif, le participe passé d’un verbe pronominal s’accorde avec le sujet (représenté par le pronom complément direct se) si celui-ci fait l’action exprimée par l’infinitif. Si ce n’est pas le sujet qui fait l’action exprimée par l’infinitif, le participe passé reste invariable.

 

Exemples :

 

- Elles se sont senties plier sous le poids des valises. (Ce sont elles qui plient.)

- Elles se sont senties renaître. (Ce sont elles qui renaissent.)

- Elles se sont vues accéder aux plus hauts postes. (Ce sont elles qui accèdent.)

- Elles se sont entendues mentir pour ne pas avouer leur erreur. (Ce sont elles qui mentent.)

- Elles se sont senti emporter par le courant. (Ce ne sont pas elles qui emportent. Ou, plus souvent : Elles se sont senties emportées par le courant.)

- Elles se sont senti heurter par la voiture (Ce ne sont pas elles qui heurtent. Ou, plus souvent : Elles se sont senties heurtées par la voiture.)

- Elles se sont vu accorder un droit de réponse. (Ce ne sont pas elles qui accordent.)

- Elles se sont vu attribuer une bonne note. (Ce ne sont pas elles qui attribuent.)

- Elles se sont vu décerner le premier prix. (Ce ne sont pas elles qui décernent.)

- Elles se sont vu citer en justice. (Ce ne sont pas elles qui citent.)

- Elles se sont vu refuser l’entrée. (Ce ne sont pas elles qui refusent.)

 

 

Le verbe s’imaginer représente un cas particulier puisque son participe passé est toujours invariable lorsqu’il est suivi d’un infinitif. En réalité, l’action exprimée par l’infinitif n’est pas réalisée par le sujet.

 

Exemple :

 

- Elles s’étaient imaginé remporter le premier prix. (Il s’agit d’une projection.)

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Infinitif ou participe passé et Participe passé des verbes occasionnellement pronominaux.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles