Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Autres questions typographiques



Polices de caractères

 

Les polices de caractères (aussi appelées fontes) déterminent le dessin des lettres; elles sont multiples et leur usage n’est pas normalisé, mais il faut veiller à ne pas en employer plus de deux ou trois dans une même page. Il faut aussi les choisir en fonction de la lisibilité et de l’effet qu’on cherche à obtenir.

 

La taille (ou corps) des lettres doit être adaptée au type de texte; elle s’exprime en points. Pour les écrits administratifs et commerciaux, selon la police choisie, la taille peut varier de 10 à 14 points.

 

On peut les grouper en familles : polices à ou avec empattements (ou avec sérif, c’est-à-dire dont les extrémités des lettres se terminent par un élargissement triangulaire ou rectangulaire), polices sans empattements (ou sans sérif) et polices décoratives ou fantaisie.

 

 

Polices à empattements

 

Le texte principal d’un document professionnel (administratif ou commercial) est généralement composé avec une police à empattements, car ces polices sont très lisibles de près et en petite taille. Les empattements accentuent les différences entre les lettres et les rendent plus faciles à distinguer les unes des autres.

 

Exemples :

 

- On dit que le Garamond, police à empattements, convient bien au français.  

- Book Antiqua est aussi une police à empattements.

 

 

Polices sans empattements

 

Traditionnellement, on utilise une police sans empattements pour les titres, les légendes ou les textes courts. Une telle police est facile à lire de loin et agréable en grande taille, mais on évite généralement de s’en servir dans les textes administratifs longs ainsi que dans les cas où il y aurait risque de confusion entre certaines lettres (le pronom il, écrit i majuscule et l minuscule, par exemple, qui donne ll en Arial). Il est cependant admis que les polices sans empattements facilitent la lecture à l’écran.

 

Exemples :

 

- L’Arial est une police sans empattements très connue.

- Calibri est aussi une police sans empattements.

 

 

Polices décoratives

 

Quant aux polices décoratives, il vaut mieux les utiliser avec modération; elles attirent l’attention, mais elles sont parfois difficiles à lire.

 

Exemples :

 

- La Lucida est une police décorative.

- La Castellar est aussi une police décorative.

 

 

Polices symboles

 

Les polices symboles (symboles mathématiques ou chimiques, pictogrammes, motifs décoratifs ou ornementaux, caractères spéciaux, etc.) s’utilisent soit dans des textes spécialisés, soit pour attirer l’attention sur des points importants d’un texte ou pour l’illustrer. Hors des usages techniques, il faut toutefois s’en servir avec discernement.

 

Exemples :

 

- ( 514 873-1234

- à MISE EN GARDE

- deadeadea

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Police, taille, couleur et effet et Polices de caractères appropriées pour le diaporama.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles