Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Rédaction administrative et commerciale > Correspondance > Adressage



Point cardinal

 

Le présent article traite principalement de l'écriture de l'adresse. Son contenu n’est pas exclusivement valable pour une enveloppe; il s’applique aussi à une adresse écrite dans un formulaire, une carte d’invitation, un curriculum vitæ, une lettre, etc. En ce qui a précisément trait à la lettre, il faut savoir que les éléments de sa vedette sont identiques à ceux d’une suscription, soit, justement, au nom et à l’adresse du ou de la destinataire sur une enveloppe.

 

Au Québec, certains éléments de l’adresse doivent toujours s’écrire dans la langue dans laquelle ils sont officialisés par la Commission de toponymie, qui est généralement le français; il s’agit de la rue ou des autres génériques de voies de communication, du point cardinal qui leur est rattaché, de la ville et de la province. Ces éléments ne devraient pas se traduire en anglais. Les ministères et les organismes de l’Administration sont tenus de n’employer que le français dans les adresses au Québec. Beaucoup de grandes entreprises ont aussi adopté ce principe.

 

Conformément à ce que préconise la Commission de toponymie, les points cardinaux Nord, Sud, Est et Ouest s’écrivent avec une majuscule et sans trait d’union dans un nom de voie de communication ou de partie d’ensemble immobilier (immeuble, bâtiment, tour, aile…). Ils s’écrivent en toutes lettres à la fin du nom.

 

Exemples :

 

- 740, boulevard Charest Ouest (et non pas 740 Ouest, boulevard Charest)

- 1575, rue Sherbrooke Est

 

L’abréviation du point cardinal est tolérée si le manque de place l’impose, à condition qu’on ait déjà dû abréger le générique de l’odonyme (nom de la voie de communication) ou que ce dernier soit très court (rue, par exemple, ne s’abrège pas).

 

Exemple :

 

- 12987, boul. Armand-Frappier O.

 

Lorsque le point cardinal fait partie intégrante d’un odonyme ou d’un toponyme, il est lié, dans ce cas précis, aux autres éléments du spécifique par un trait d’union. Le point cardinal prend ici aussi la majuscule initiale, mais ne peut par contre être abrégé.

 

Exemple :

 

- 220, boulevard du Versant-Nord

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles