Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Lieu et lieue

 

Lieu et lieue sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais n’ayant pas le même sens.

 

Lieu, du latin locus, est un nom masculin qui désigne d’abord une portion déterminée de l’espace. Il signifie « emplacement, endroit ». Il peut également exprimer un rang ou un moment. En outre, le nom lieu peut prendre d’autres sens plus particuliers.

 

Lieu figure dans de nombreuses locutions de nature différente : avoir lieu, avoir tout lieu de, donner lieu à, laisser lieu, tenir lieu de, au lieu de, au lieu que, de lieu en lieu, en lieu et place de quelqu’un, en tout lieu, en premier lieu, en second lieu, en dernier lieu, en haut lieu, en lieu sûr, en temps et lieu, etc.

 

Exemples :

 

- Arrivés sur les lieux de l’accident, les policiers ont érigé un périmètre de sécurité.

- Il est interdit de fumer dans les lieux publics.

- S’il y a lieu, nous communiquerons avec les autorités.

- Cette discussion donne lieu à des échanges enrichissants.

- La vieille dame a rangé son argent en lieu sûr.

- Une erreur s’est glissée : vous auriez dû lire 19 h au lieu de 18 h.

- Dans cet établissement, la bienséance est recommandée en tous lieux. (ou : en tout lieu)

- En dernier lieu, j’aborderai les risques liés à cette intervention.

 

 

À noter qu’un poisson de mer de la famille du merlan porte également l’appellation lieu, au masculin. Au pluriel, on écrira des lieus.

 

Exemple :

 

- Ces poissonniers ont reçu des lieus bien frais ce matin.

 

 

Lieue vient du latin leuca ou leuga. Ce nom féminin désigne d’abord une mesure de distance approximativement égale à quatre kilomètres. Par analogie, lieue représente une distance indéterminée, mais qui paraît grande, comme dans la locution être, se sentir à cent, à mille lieues de quelqu’un (ou de quelque chose). Dans certaines expressions, ce sont ces numéraux (cent, mille, mais aussi trente-six) qui confèrent cette valeur de grand nombre indéterminé.

 

L’expression (être) à cent, à mille lieues de, qui signifie « être fort éloigné de, très loin de », peut aussi vouloir dire, au figuré, « être distrait, ne pas être présent par l’esprit ». Enfin, l’expression chausser (ou prendre) ses bottes de sept lieues a comme signification « agir, aller rapidement ou se disposer à voyager très rapidement ».

 

Finalement, dans le domaine de la marine, le terme lieue (ou lieue marine) désigne la vingtième partie du degré d’un grand cercle terrestre équivalant à 3 milles marins ou 5555,5 mètres.

 

Exemples :

 

- Ce grand territoire est de 20 000 lieues carrées.

- Charlie et Anaïs, en vacances chez de vieilles tantes, se sentaient à cent lieues de chez elles. (et non : à cent lieux de)

- Martin était à mille lieues de se douter que sa femme commettait l’adultère. (et non : à mille lieux de)

- Ce jeune garçon n’écoute pas ce qu’on lui dit; il est à mille lieues d’ici.

- Tu as sans doute chaussé tes bottes de sept lieues pour arriver à l’heure à la réunion.

- J’ai enfin lu ce classique de Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles