Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Rédaction administrative et commerciale > Documents numériques > Écriture Web



Adaptation d'un document papier au Web

 

Prendre un document papier et le verser intégralement dans Internet sans lui faire subir quelques modifications s’avère un exercice voué à l’échec. En effet, certains caractères soulignés dans le texte ne sont pas destinés à être des hyperliens, ou encore les renvois aux pages ne sont plus pertinents. De même, les expressions du genre ci-dessous, susmentionné, à la page suivante n’ont plus leur place en rédaction Web. Un repère de nature temporelle comme le mois dernier ne veut plus rien dire dans Internet si le texte n’est pas daté. À l’étape de l’adaptation d’un document papier au Web, on veille donc à supprimer les soulignements qui ne sont pas des hyperliens et à les remplacer par du gras si nécessaire, à éliminer tous les renvois à des pages et à faire disparaître toutes les expressions devenues inutiles. En outre, on change les repères temporels pour des repères sans équivoque, par exemple en septembre 2015.

 

Dans un même ordre d’idées, il ne faut pas oublier de rendre cliquables les adresses de courriel ou de sites Web citées dans le document papier.

 

Il n’est pas recommandé de diffuser des textes numérisés, car ils sont souvent très difficiles à lire.

 

Un autre point à considérer dans l’adaptation d’un document papier au Web : la concision. Un texte pour le Web doit être deux fois plus court qu’un texte en version papier. Pour y arriver, on donne l’essentiel de l’information en premier.

 

Dans les débuts d’Internet, on découpait un texte Web comme il se présentait dans un document papier. Cette façon de procéder est aujourd’hui désuète. On suggère d’en résumer le contenu dans une page Web et de placer un hyperlien vers le document PDF complet et imprimable. On peut également diffuser le contenu en format HTML; il faut alors tenir compte des façons de faire, qui varient en fonction de la longueur du document.

 

- Un document papier court (trois pages et moins) peut être contenu dans une seule page Web. On veille à y ajouter un titre et à bien aérer le texte en faisant des paragraphes.

 

- Pour un document papier moyen (entre trois et dix pages), on ajoute un sommaire avec des hyperliens qui pointent vers des parties précises. Pour faciliter le repérage, on a recours aux intertitres et au gras.

 

- Le document papier long (plus de dix pages) doit être scindé en plusieurs pages HTML. On peut se servir de la table des matières du document papier pour établir les hyperliens. On crée ainsi une page Web par chapitre, puis, dans cette même page Web, on accède aux différentes sections du chapitre par des liens à partir d’un sommaire. Il ne faut pas oublier d’ajouter un lien qui ramènera le lecteur vers la table des matières. Au besoin, on offre aussi une version PDF imprimable.

 

 

Pour en savoir davantage sur la rédaction propre au Web, vous pouvez consulter les autres articles de la section Écriture Web.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles