Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Le complément dans la phrase



Stationner

 

Le verbe stationner est traditionnellement intransitif, c’est-à-dire employé sans complément. Il a le sens général de « rester à un endroit donné pour un certain temps ». On l’emploie en parlant d’un véhicule avec le sens particulier d’ « arrêter momentanément le long de la voie publique ». On l’utilise aussi en parlant de personnes, souvent de soldats ou d’un corps d’armée, au sens d’« avoir pour base ».

 

Exemples :

 

- L’interdiction de stationner dans les rues du quartier est en vigueur.

- Un camion de livraison stationna devant l’hôtel de ville pendant des heures. 

- Des dizaines de milliers de soldats stationnaient dans cette région.

- Une troupe de théâtre argentine stationne dans la capitale depuis quelques jours.

 

 

Au Québec, l’emploi transitif du verbe stationner (avec un complément), au sens de « ranger un véhicule dans un lieu spécialement aménagé », est courant. Dans le reste de la francophonie, on utilise principalement les verbes transitifs garer et parquer en ce sens, bien que cet emploi de stationner y soit également attesté. Notons toutefois que la plupart des ouvrages de référence européens le donnent comme familier et qu’ils critiquent aussi l’emploi du participe passé adjectival stationné. En français québécois, le participe passé stationné est courant et légitimé; soulignons qu’il en est de même pour l’emploi pronominal du verbe, se stationner.

 

Exemples :

 

- Il a stationné sa voiture à vingt minutes de marche d’ici.

- Des motocyclistes ont stationné leurs véhicules en bordure de la route pour admirer les feux d’artifice.

- Une voiture stationnée sur le boulevard René-Lévesque a été percutée par un autobus.

- Nous nous stationnons au centre communautaire lorsqu’il y a une opération de déneigement.

 

 

Par ailleurs, il est à noter que le verbe stationner peut, selon le contexte, recevoir l’auxiliaire avoir ou être. Il se conjugue avec avoir si l’accent est mis sur l’action et avec être si l’on veut plutôt marquer l’état, le résultat de l’action accomplie.

 

Exemples :

 

- Je suis pressé, car je suis (ou : j’ai) stationné en double file.

- Une caravane est stationnée dans notre rue depuis une semaine.

- Après avoir stationné à plusieurs endroits en Afghanistan, la troupe de soldats canadiens revient au pays.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles