Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les sigles, abréviations et symboles
Les sigles



Majuscules et minuscules dans les sigles

 

Pour écrire un sigle, on ne laisse pas d’espace entre les lettres et on emploie exclusivement les majuscules, même si l’appellation au long comporte des minuscules.

 

Exemple :

 

- INRS (Institut national de la recherche scientifique)

 

À ce sujet, on peut noter que le sigle de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) n’est pas formé selon les règles.

 

 

Un sigle peut ne reprendre que les mots principaux d’une dénomination ou d’une expression. Par exemple, il peut ne pas doubler les initiales d’appellations au masculin et au féminin. Des sigles ainsi créés, en évitant la répétition de lettres, facilitent la lecture et la mémorisation.

 

Exemple :

 

- FTQ (Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec)

 

 

Plus l’usage d’un sigle se répand, plus il donne lieu à des graphies diverses, surtout si l’alternance des consonnes et des voyelles fait du sigle un mot qui peut se prononcer syllabiquement, soit un acronyme.

 

Le sigle peut d’abord être formé de majuscules initiales suivies de points abréviatifs (sans traits d’union), puis de majuscules sans points abréviatifs et ensuite d’une majuscule initiale et de minuscules. Enfin, s’il ne s’agit pas d’un nom propre, le sigle s’écrit entièrement en minuscules : il devient alors un véritable nom commun qui peut prendre la marque du pluriel et produire des dérivés. On dit alors que le sigle se lexicalise, qu’il est lexicalisé.

 

Exemples :

 

- C.E.G.E.P. (collège d’enseignement général et professionnel)

- CEGEP

- Cégep

- cégep

- un cégep, des cégeps (graphie recommandée)

- cégépien, cégépienne

 

- U.N.E.S.C.O. (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization; Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture; certains sigles employés en français correspondent à des appellations en d’autres langues.)

- UNESCO

- Unesco (forme la plus courante)

 

 

Pour des raisons de simplification et d’uniformisation, il est désormais admis, voire conseillé, d’écrire les sigles sans points abréviatifs. Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Point abréviatif dans les sigles.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles