Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Coupures > Coupures entre les mots



Coupure entre un verbe et un pronom

 

Il est préférable d’éviter la division de certains groupes de mots en fin de ligne. S’il n’est vraiment pas possible de l’éviter, on doit au moins procéder dans le respect des règles établies. Quelques-unes de ces règles concernent le verbe suivi d’un pronom.

 

Dans les exemples qui suivent, le symbole [ indique une coupure possible; la barre oblique (/), une coupure interdite.

 

On peut couper avant un t euphonique, mais pas après, pour ne pas nuire à la prononciation.

 

Exemple :

 

- va-[t-on (et non va-t/on)

 

On ne peut pas non plus couper après le t ou le s sonore d’un verbe devant un pronom personnel, malgré la présence du trait d’union.

 

Exemples :

 

- répon[dit-il (et non répondit/-il)

- sou[tient-elle (et non soutient/-elle)

 

On doit aussi éviter de couper avant les pronoms en et y et les verbes comprenant un s euphonique.

 

Exemples :

 

- achètes-en (et non achètes/-en)

- vas-y (et non vas/-y)

 

Dans les autres cas de verbes suivis d’un pronom inversé, la coupure se fait après le trait d’union.

 

Exemple :

 

 - Aurons-[nous besoin de…

 

Pour en apprendre davantage sur la division des mots, vous pouvez consulter les autres articles des sous-thèmes Coupures de mots et Coupures entre les mots.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles