Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes sémantiques



Silo

 

On parle de plus en plus du phénomène du travail en silo, le plus souvent pour le critiquer. Il faut toutefois savoir que cette extension sémantique de silo, qui résulte d’une métaphore avec les silos agricoles, s’est faite en anglais (working in silo, silo working, silo thinking, silo mentality, silo effect, silo management, etc.). C’est donc sous l’influence de l’anglais que le même emploi figuré de silo est de plus en plus utilisé au Québec et, dans une moindre mesure, en Europe francophone. Dans un contexte de gestion, l’image des silos renvoie à chacun des éléments d’une structure organisationnelle (personne, équipe, service, etc.) qui fonctionne de manière autonome, sans lien étroit ni partage d’information avec le reste de l’organisation. Plus largement, on peut trouver la locution adverbiale en silo pour qualifier l’action ou le travail de tout intervenant dans un domaine ou, plus particulièrement, dans un dossier.

 

Le défi avec les images que l’on transpose d’une langue à une autre est de trouver un équivalent qui soit aussi évocateur dans l’autre langue, et de le trouver rapidement. À cette image des silos qui appartient à l’anglais, le français pourra substituer entre autres celles de vase clos ou de cloison.

 

Exemples d’emplois critiqués :

 

- L’entreprise a grandi, s’est diversifiée, mais les gens ont continué à travailler en silo dans leur propre secteur d’activité.

- L’élaboration d’une politique industrielle ne peut se faire en silo, il doit y avoir concertation.

- La volonté du maire de mettre fin à la culture des silos a mené à une plus grande concertation des acteurs dans le dossier.

- L’organisation en silo favorise un double emploi coûteux des ressources.

- La structure en silo des services est vue comme le principal obstacle à la rentabilité de l’entreprise.

- Il faut revoir nos pratiques de gestion et éviter de nous enfermer dans des silos.

 

On dira plutôt :

 

- L’entreprise a grandi, s’est diversifiée, mais les gens ont continué à travailler en vase clos dans leur propre secteur d’activité.

- L’élaboration d’une politique industrielle ne peut se faire isolément, il doit y avoir concertation.

- La volonté du maire de mettre fin à la culture du cloisonnement a mené à une plus grande concertation des acteurs dans le dossier.

- L’organisation en vase clos favorise un double emploi coûteux des ressources.

- La structure cloisonnée des services est vue comme le principal obstacle à la rentabilité de l’entreprise.

- Il faut revoir nos pratiques de gestion et éviter de nous enfermer dans des compartiments étanches.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles