Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes phraséologiques



À sa face même

 

À sa face même (ou à la face de, à la face même de) est une locution adverbiale parfois employée au Québec, particulièrement dans la langue juridique, qui est à éviter. Il s’agit d’un calque de l’anglais on its face itself (par exemple, on the face of the document itself, avec la variante courante sans itself). L’anglais lui donne deux acceptions. Une première peut se traduire par des adverbes comme apparemment, en apparence, à première vue, de prime abord, au premier abord ou a priori, et une seconde a un sens plus affirmatif, correspondant à de toute évidence, à l’évidence, incontestablement, manifestement ou clairement. D’autres traductions sont possibles selon le contexte, par exemple à la lecture de.

 

Le sens de la locution est, en fait, souvent difficile à saisir dans la phrase et si les nombreux équivalents peuvent en rendre l’idée plus clairement, on peut parfois tout simplement ne pas la remplacer dans un énoncé sans que le sens en soit altéré.

 

Exemples fautifs :

 

- La décision prise par la direction de l’entreprise paraît à sa face même indéfendable.

- Le résultat du vote a démontré, à sa face même, l’importance du projet pour la communauté.

- La partie patronale se devait de présenter une offre qui ne soit pas irrecevable à sa face même pour la partie syndicale.

- Cette façon d’agir est discriminatoire à sa face même.

- Le gouvernement a déposé un projet de loi qui, à sa face même, semble susceptible de rallier tous les partis.

- L’adoption d’un tel règlement est, à sa face même, une insulte à la démocratie.

- Les juges ont eu à examiner si, à sa face même, la loi respectait le droit fondamental qu’on lui opposait.

- Une erreur est manifeste à la face du dossier.

- Le conseiller a déclaré que, à sa face même, le règlement municipal sur l’abattage des arbres était complètement dépassé.

 

On dira plutôt :

 

- La décision prise par la direction de l’entreprise paraît au premier abord indéfendable.

- Le résultat du vote a clairement démontré l’importance du projet pour la communauté.

- La partie patronale se devait de présenter une offre qui, a priori, ne soit pas irrecevable pour la partie syndicale.

- Cette façon d’agir est, à l’évidence, discriminatoire.

- Le gouvernement a déposé un projet de loi qui, à première vue (ou apparemment), semble susceptible de rallier tous les partis.

- L’adoption d’un tel règlement est manifestement (ou à l’évidence, incontestablement) une insulte à la démocratie.

- Les juges ont d’abord eu à examiner si, de prime abord, la loi respectait le droit fondamental qu’on lui opposait.

- Une erreur est manifeste à la lecture du dossier.

- Le conseiller a déclaré que le règlement municipal sur l’abattage des arbres était complètement dépassé.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles