Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Barbarismes lexicaux



Insidueux

 

On utilise parfois à tort le mot insidueux pour insidieux. En effet, insidueux n’existe pas et constitue un barbarisme.

 

L’adjectif insidieux, attesté depuis 1420, est emprunté au latin insidiosus « plein d’embûches ». En français, insidieux signifie « qui a le caractère d’un piège; trompeur » ou, dans le domaine médical, « dont les débuts, bénins, masquent la gravité réelle ». L’adverbe qui lui correspond est insidieusement et non insidueusement.

 

Exemples :

 

- Le stress est un poison insidieux de la vie quotidienne de beaucoup de travailleurs. (et non : insidueux)

- Les calques syntaxiques comme un bon dix heures au lieu de dix bonnes heures sont particulièrement insidieux : les locuteurs les remarquent moins que les anglicismes intégraux comme deadline. (et non : insidueux)

- La forme chronique de la peste porcine classique est plus insidieuse que la forme aiguë, car les symptômes sont atténués et les animaux peuvent survivre plusieurs semaines, voire plusieurs mois. (et non : insidueuse)

 

C’est sans doute par analogie avec d’autres adjectifs finissant par -ueux, comme affectueux ou tortueux, que l’on emploie insidueux au lieu de insidieux. En fait, l’adjectif insidieux fait écho à des adjectifs se finissant par -ieux comme studieux ou mélodieux.

 

Pour éviter l’erreur, on tâchera de se souvenir qu’il n’existe pas d’adjectifs en -dueux, seulement des formes en -dieux, de même qu’il n’existe pas de dueux, mais bien des dieux.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles