Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Les homophones grammaticaux



Il va sans dire et il va s'en dire

 

Les locutions il va sans dire (que) et cela va sans dire ont le même sens. Elles ont comme synonymes il va de soi (que) et cela va de soi, et signifient « la chose est évidente, il est inutile d’en parler, c’est incontestable ». En fait, les locutions correspondent à une figure de style qui joue sur le sens, soit la prétérition, par laquelle on dit qu’on ne parlera pas d’une chose, en attirant tout de même l’attention sur cette chose.

 

La construction de il va sans dire diffère quelque peu de cela va sans dire par le fait qu’elle peut être suivie ou non de que, tandis que la deuxième se construit sans cette conjonction. Dans les deux cas, on doit recourir au mode indicatif. Employées en tête de phrase, les locutions (sans la conjonction que) sont suivies d’une virgule et, utilisées dans le corps du texte, elles sont encadrées de deux virgules.

 

On peut choisir d’employer d’autres formulations équivalentes comme il est évident que, il est clair que, il est manifeste que, il est inutile de préciser que; c’est tout à fait évident, c’est tout naturel, etc.

 

Par ailleurs, il importe de ne pas confondre la préposition sans avec son homophone s’en, qui est une combinaison de deux pronoms (se et en).

 

Exemples :

 

Il va sans dire que les Québécois seront encore obligés de pelleter cette année. (ou : Cela va sans dire, les Québécois seront encore obligés de pelleter cette année.)

- Un mariage, il va sans dire, doit être célébré dans l’amour. (ou : cela va sans dire)

- Il va sans dire que les magasins sont remplis de consommateurs le lendemain de Noël. (et non : il va s’en dire que)

- Fumer, cela va sans dire, est dommageable pour la santé. (et non : cela va s’en dire)

 

 

Il est aussi possible d’observer la séquence il va s’en dire, où le verbe pronominal se dire est utilisé et où le pronom en fait référence à quelque chose qui a déjà été mentionné.

 

Exemple :

 

Des absurdités, il va s’en dire lors de cette réunion. (c’est-à-dire : Il va se dire des absurdités lors de cette réunion.)

 

 

Pour en savoir davantage sur la figure de style évoquée dans cet article, vous pouvez consulter l’article Prétérition.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles