Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Prévoir

 

Le verbe prévoir a plusieurs sens : « annoncer qu’une chose arrivera », « envisager des possibilités » et « organiser d’avance ». Il se construit habituellement avec un complément d’objet direct, sans préposition. Dans les exemples qui suivent, ce complément prend la forme d’un nom (prévoir quelque chose) ou d’une proposition subordonnée (prévoir que).

 

Exemples :

 

- Le pire scénario prévoit une augmentation de 3 à 15 % des gaz à effet de serre au Canada d’ici à 5 ans.

- Cette astrologue peut-elle réellement prévoir l’avenir?

- La météo ne prévoyait pas qu’il allait neiger toute la nuit.

- On n’aurait jamais pu prévoir que la crise prendrait de telles proportions.

 

 

Le verbe prévoir peut aussi être suivi d’un infinitif. Deux constructions sont alors en concurrence : on peut employer ou non la préposition de devant l’infinitif. L’usage varie selon les locuteurs mais, surtout, selon les régions de la francophonie. Au Québec, on tend à apposer l’infinitif directement derrière le verbe prévoir, tandis qu’en Europe, on semble privilégier la construction avec préposition. Curieusement, certains dictionnaires donnent la construction prévoir de + infinitif comme vieillie, alors que la tournure s’avère vivante. Quoi qu’il en soit, dans le cas de prévoir, il n’y a aucune raison de juger que l’une des deux constructions, avec ou sans préposition, est préférable à l’autre.

 

Exemples :

 

- Au départ, la compagnie aérienne prévoyait effectuer 62 vols par an. (ou : prévoyait d’effectuer 62 vols par an.)

- Que prévois-tu faire en fin de semaine? (ou : Que prévois-tu de faire en fin de semaine?)

- Au vu des réactions des exposants comme des visiteurs, les organisateurs ont prévu doubler la surface du prochain salon. (ou : ont prévu de doubler la surface du prochain salon.)

 

 

Par ailleurs, l’emploi de prévoir à la voix passive est possible, mais jamais suivi d’un infinitif.

 

Exemples :

 

- L’avion était prévu décoller à 15 h.

- Le bébé est prévu arriver en mars.

- Les travaux de rénovation sont prévus commencer bientôt.

 

On dira plutôt :

 

- Le décollage de l’avion est prévu à 15 h.

- L’arrivée du bébé est prévue en mars.

- On prévoit commencer les travaux de rénovation bientôt.

 

 

Enfin, notons qu’un emploi absolu de prévoir, sans complément d’objet, est également possible.

 

Exemple :

 

- Gouverner, c’est prévoir.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez également consulter les articles Prévoir à l'avance et Prédire et prévoir.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : décembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles