Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Élision et apostrophe



Élision devant un autonyme

 

Le nom autonyme désigne un préfixe, un suffixe, un mot ou un groupe de mots qui se réfère à lui-même, qui désigne sa propre forme linguistique. La tendance générale consiste à ne pas faire l’élision devant un autonyme même s’il commence par une voyelle ou un h muet, c’est-à-dire qu’elle consiste à traiter un tel autonyme comme s’il commençait par une consonne. L’élision demeure malgré tout souvent réalisable.

 

Élisions à éviter

 

On doit éviter de faire l’élision devant les autonymes qui correspondent à un morphème, à un mot d’une seule syllabe ou à un symbole. Soulignons que l’intégration d’un symbole autonyme dans un énoncé, même si elle n’est pas fautive, introduit une sorte d’irrégularité dans le système alphabétique du français. En effet, le symbole ne donne aucune indication sur sa prononciation. C’est la raison pour laquelle, dans ce cas, la disjonction est préférable.

 

Exemples :

 

- Le -esse de princesse apparaît dans une quarantaine d’autres noms féminins.

(et non : l’-esse )

- Saviez-vous que inter- est un préfixe présent dans un grand nombre de mots?

(et non : qu’-inter)

- Dans cette phrase, il vaudrait mieux placer une virgule devant le ou. (et non : l’ou)

- Ici, le et sert à renchérir. (et non l’et)

- D’où vient le « @ »? (et non : l’« @ »)

- On ne doit jamais utiliser le « & » entre deux noms communs. (et non : l’« & »)

 

Élisions possibles

 

On peut faire l’élision devant les autonymes qui correspondent à un mot de plus d’une syllabe, à un mot étranger ou à un énoncé. Notons que c’est devant un nom que l’élision est la plus fréquente et devant un énoncé qu’elle est la plus rare.

 

Exemples :

 

- Peu de gens savent qu’écolier est issu du latin scholaris. (ou plus rarement : que écolier)

- Apparoir est un vieux synonyme d’apparaître. (ou : de apparaître)

- Je pense qu’irrévocable doit être remplacé, dans cette phrase, par sans appel. (ou : que irrévocable)

- Tu pourrais remplacer l’underground de ta phrase par un mot français. (ou : le underground)

- Quelle est la prononciation correcte d’escarabajo? (ou : de escarabajo?)

- Le Ah que je suis malheureux! qui commence ton poème est stéréotypé. (ou plus rarement : L’Ah que je suis malheureux!)

 

 

En ce qui concerne l’élision devant le nom des lettres, l’usage est partagé. Pour en savoir davantage à ce sujet, vous pouvez consulter l’article Élisions facultatives. Pour en savoir davantage sur l’introduction des autonymes en discours, notamment en ce qui concerne l’italique et les guillemets, vous pouvez consulter les articles Présence d’un déterminant devant un autonyme, Guillemets et mise en valeur et Registre de langue et autonymie.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles