Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Les déterminants > Articles



Présence d'un déterminant devant un autonyme

 

Le nom autonyme désigne un préfixe, un suffixe, un mot ou un groupe de mots qui se réfère à lui-même, c’est-à-dire qui désigne sa propre forme linguistique. Dans un énoncé, pour des raisons de clarté, on fera le plus souvent précéder l’autonyme d’un mot qui en présente la nature. Notons que cela empêche parfois, ce qui est souhaitable, qu’une phrase commence par un symbole.

 

Exemples :

 

- Le suffixe -oir sert à former des noms d’instruments ou de lieux.

- Il y a neuf lettres dans le nom caractère.

- Le mot infractus est un barbarisme.

- Place le symbole « $ » après le nombre et fais-le précéder d’une espace.

- Le symbole « * » indique un énoncé fautif. (et non : « * » indique un énoncé fautif.)

 

 

Il est également possible d’introduire directement l’autonyme dans l’énoncé, en le faisant ou non précéder d’un déterminant, selon le contexte.

 

L’autonyme qui se réfère à lui-même de façon générale n’est pas accompagné d’un déterminant. On peut comparer son usage à celui du nom propre, dans la mesure où il renvoie à une réalité unique. Devant les lettres et les symboles, par contre, l’emploi de l’article défini le à valeur générique est possible.

 

Exemples :

 

- Métalangage signifie « langage employé pour parler du langage ».

- Je conjugue difficilement asseoir.

- C’est dans les adresses électroniques que « » est principalement utilisé. (ou : le « @ »)

- Parmi les consonnes sonores, il y a b, s et r. (ou : le b, le s et le r)

 

L’autonyme qui se réfère à une ou à plusieurs occurrences particulières d’une forme linguistique est, lui, précédé d’un déterminant.

 

Exemples :

 

- Dans le texte de cet élève, des -oir apparaissent souvent là où devraient se trouver des -oire.

- Corrige cette lettre : tes mon très cher et tes mon cher cousin sont doucereux.

- Le Sortez vos devoirs! écrit au tableau avait été tracé d’une main ferme.

- Le tout dans Il est tout heureux est un adverbe.

 

Pour en savoir davantage sur l’écriture des autonymes, notamment en ce qui concerne l’emploi de l’italique et des guillemets, vous pouvez consulter les articles Élision devant un autonyme, Guillemets et mise en valeur et Registre de langue et autonymie.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles