Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Colon et côlon

 

Les homophones colon et côlon ont des graphies presque semblables mais des sens bien distincts.

 

Le nom colon, écrit sans accent sur le premier o, vient du latin colonus « cultivateur » et « habitant d’une colonie ». Au sens de « cultivateur », le nom est aujourd’hui vieilli. Il s’emploie toutefois en droit, notamment dans l’expression colon partiaire, au sens particulier de « cultivateur d’une terre qui, pour payer son loyer, partage le fruit des récoltes avec le propriétaire » ou, en histoire antique, au sens de « cultivateur libre attaché à la terre qu’il exploite ». En français moderne, colon désigne une personne qui a quitté son pays pour aller peupler ou exploiter un territoire étranger ou, dans un sens plus large, toute personne qui habite une colonie. Colon a aussi pris en France le sens d’« enfant inscrit dans une colonie de vacances » et, au Québec, le sens familier de « personne peu raffinée dans ses idées ou dans ses manières ».

 

Exemples :

 

- À cette époque, les terres de la région étaient cultivées par des colons partiaires qui s’enrichissaient presque autant que les propriétaires eux-mêmes.

- La péninsule gaspésienne était habitée par les Micmacs depuis plus de 2500 ans lorsque les premiers colons européens y débarquèrent. 

- Un groupe de colons juifs aurait incendié plusieurs immeubles situés au nord de la Cisjordanie.

 

 

Dans un tout autre sens, le nom colon, dont l’origine est espagnole, peut désigner l’unité monétaire du Costa Rica ou celle du Salvador.

 

Exemples :

 

- Lorsque je suis allée en voyage au Costa Rica, un dollar canadien valait environ 500 colons costaricains.

- L’album-souvenir de mon séjour au Salvador contient plusieurs photos et petits objets dont des coquillages et un colon salvadorien.

 

 

Enfin, colon peut être l’abréviation familière du nom colonel, qu’on trouve surtout dans l’argot militaire.

 

 

Quant au nom côlon, qu’on écrit avec un accent circonflexe sur le premier o, il vient du latin colon, qui a été emprunté au grec kôlon « gros intestin », de kôlon « membre ». Ce nom désigne le segment principal du gros intestin compris entre le cæcum et le rectum. Par extension, on l’appelle parfois gros intestin dans la langue courante.

 

Exemples :

 

- Mon grand-père est mort du cancer du côlon à 71 ans.

- On divise le côlon en quatre parties : le côlon ascendant, le côlon transverse, le côlon descendant et le côlon pelvien.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles