Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Marc, mare et marre

 

Les mots marc, mare et marre sont des homophones, c’est-à-dire qu’ils se prononcent de la même façon mais qu’ils ont des sens différents.

 

Le nom marc peut avoir deux emplois bien distincts en français. Il signifie d’abord « résidu de fruits pressés servant à la fabrication de boissons », « eau-de-vie de marc de raisin distillé » et « résidu d’une substance que l’on a fait infuser ou bouillir pour en extraire le suc ». Marc peut aussi avoir le sens archaïque, qui survit notamment en histoire, d’« ancienne unité de poids de 244,5 g utilisée pour peser les métaux précieux » ou, dans marc d’or ou marc d’argent, de « quantité d’or, d’argent correspondant à ce poids ». En droit, on peut employer la locution au marc le franc pour désigner une répartition faite entre des parties dans une affaire de manière proportionnelle à leurs créances ou à leurs intérêts.

 

Exemples :

 

- Le marc de raisin est la partie qui reste après l’avoir pressé.

- On nous a servi un verre de marc de Bourgogne à notre arrivée au banquet.

- La cafédomancie est un art divinatoire pratiqué en interprétant le marc de café.

- Le brave paysan avait reçu une récompense de 500 marcs d’argent pour avoir sauvé la fille du roi de la noyade.

 

 

Quant au nom mare, il signifie « petite nappe d’eau stagnante et peu profonde formée de façon naturelle ou artificielle ». Par extension, il peut aussi avoir le sens de « grande étendue de liquide répandue sur le sol ».

 

Exemples :

 

- Le petit Hugo prend plaisir à lancer des cailloux dans la mare située derrière le chalet.

- Jeune, il s’amusait à jouer dans les mares de boue formées après un orage.

- Sa vieille voiture avait laissé une mare d’huile dans notre entrée.

- Une femme gisant dans une mare de sang a été trouvée dans un sentier par un joggeur matinal.

 

 

Enfin, on trouve l’adverbe marre dans la locution familière en avoir marre, ou sa variante (il) y en a marre, qui signifie « être excédé, en avoir assez ».

 

Exemples :

 

- L’entraîneuse de l’équipe a affirmé qu’elle en avait marre que ses meilleurs attaquants jouent aussi mal depuis quelques semaines.

- Les résidents et travailleurs de ce quartier en ont marre de se faire solliciter par des mendiants.

 

 

Pour en savoir plus sur le nom marc, vous pouvez consulter l’article Marc dans la section sur la prononciation.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles