Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Mou, moue et moût

 

Les mots mou, moue et moût sont des homophones, c’est-à-dire qu’ils ont la même prononciation et une graphie très proche, mais qu’ils ont des sens bien différents.

 

L’adjectif mou vient du latin mollis « tendre », « sans rudesse ». Il signifie, par opposition à dur, « qui est tendre, moelleux » ou, par opposition à rigide, « qui est souple, malléable » ou « qui manque de tenue ». Au figuré, l’adjectif peut avoir le sens de « qui manque de vivacité », « qui manque de caractère », « qui manque de rigueur » ou « qui rappelle la mollesse ». Mou peut aussi être utilisé comme nom au sens de « ce qui est mou », familièrement au sens de « personne qui manque de caractère, de volonté » ou dans les locutions avoir du mou « avoir du jeu » et donner du mou « diminuer la tension ». On l’emploie aussi parfois comme adverbe, avec une connotation péjorative, au sens de « mollement, doucement ». Notons enfin que mou peut aussi être utilisé comme nom au sens de « poumon de certains animaux de boucherie » et, par extension, dans les locutions familières bourrer le mou à, de quelqu’un « le tromper » et rentrer dans le mou à, de quelqu’un « l’attaquer ».

 

Exemples :

 

- Le saint-andré est le fromage à pâte molle que je préfère.

- Dormir avec un oreiller trop mou peut entraîner des douleurs musculaires.

- Le gagnant du concours avait les jambes molles lorsqu’il est allé chercher son prix.

- Une poignée de main molle fait rarement bonne impression.

- Dans son prochain film, l’acteur jouera le rôle d’un homme mou marié à une femme de caractère.

- Le dériveur n’aurait pas chaviré si nous avions donné du mou au cordage qui règle l’angle de la voile.

 

 

Le nom moue vient du francique mauwa, qui signifie « grimace faite en allongeant les lèvres par dérision ou pour exprimer son mécontentement ». La grimace peut ainsi exprimer divers sentiments tels que le scepticisme, le dédain, l’ennui, la désapprobation ou l’hésitation. Au figuré, on trouve le nom moue dans l’expression faire la moue, qui signifie « manifester un refus ou du dédain par le silence ou par un air boudeur ».

 

Exemples :

 

- L’actrice a esquissé une moue méprisante en apercevant les paparazzis qui l’épiaient.

- Éloïse ne peut s’empêcher de faire la moue dès qu’on lui demande de faire du ménage.

 

 

Le nom moût vient du latin mustum qui signifie « jus de raisin non fermenté ». Ce nom désigne d’abord le jus de raisin qui n’a pas encore été soumis à la fermentation alcoolique. Par extension, il peut aussi désigner un jus de fruits, surtout de pomme ou de poire, ou un jus de végétaux tels que la betterave ou l’orge, qui n’a pas subi de fermentation alcoolique. On notera que les rectifications orthographiques de 1990 privilégient la graphie mout, sans accent circonflexe sur le u.

 

Exemples :

 

- Le moût de raisin obtenu par foulage sert à la fabrication des vins rouges.

- Le moût de bière est obtenu à partir d’un mélange d’eau bouillante et de malt broyé.

- J’ai découvert le moût de pomme au cours de ma première grossesse.

 

 

Pour en savoir davantage sur l’adjectif mou et sa variante mol, vous pouvez consulter l’article Bel, fol, mol, nouvel et vieil.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles