Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes syntaxiques



Nom épithète placé devant un autre nom

 

En français moderne, les structures « nom-nom » sont fréquentes : un rapport fantôme, un produit minceur, le facteur risque, etc. Dans ces structures, le second nom a pour fonction de compléter le premier en ajoutant des précisions sur ce qu’il désigne. Cela dit, même si les structures « nom-nom » sont vigoureuses en français contemporain, elles sont souvent perçues comme singulières. En effet, elles ne sont pas aussi bien décrites par les grammaires que les structures « nom-adjectif » ou « nom-complément prépositionnel » : une feuille blanche, une vieille radio, un vélo neuf; une bague en argent, un tas de feuilles, etc. Compte tenu de ce fait, on peut facilement en arriver à la conclusion que leur vigueur s’explique par l’influence de la syntaxe anglaise. En réalité, cette influence présumée n’est rien de moins qu’incertaine, puisque les structures « nom-nom » existent depuis longtemps en français. Ainsi, même si ces structures sont aujourd’hui plus communes que par le passé, on en trouvait des occurrences dans la langue il y a quelques siècles déjà. Le composé porte-fenêtre, par exemple, est attesté depuis 1676.

 

Cependant, il arrive effectivement que le français emprunte des structures « nom-nom » à l’anglais. Parfois, ces structures sont adaptées au système du français et comblent des lacunes lexicales. Il n’y alors pas de problème à ce qu’elles soient intégrées à la langue française. D’autres fois, ces structures ne sont pas conformes à la syntaxe française et devraient plutôt être évitées. C’est le cas pour les structures « nom-nom » dans lesquelles l’élément caractérisant précède l’élément caractérisé. Pour être conforme à la syntaxe française, l’ordre doit être élément caractérisé-élément caractérisant, contrairement à ce qu’on peut observer dans la langue anglaise. En présence de telles structures, on peut certainement opter pour une solution de rechange.

 

Exemples :

 

- Un vidéo disque (plutôt : un disque vidéo)

- Un crème soda (plutôt : un soda mousse. Notons que la boisson désignée par ce terme ne contient pas de crème. Crème soda est un calque de l’anglais cream soda.)

- Un photo-roman (plutôt : un roman-photo)

- Drouin Communications (plutôt : Communications Drouin)

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Qu’est-ce qu’un anglicisme syntaxique?, Syntaxe des noms d’entreprises et Généralités sur le nom épithète.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles