Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Mêler et mélanger

 

On doit porter une attention particulière aux nuances de sens et d’emploi qui existent entre les verbes de même famille mêler et mélanger.

 

Le verbe mêler vient du latin populaire misculare, lui-même issu du latin classique miscere « mélanger, troubler, bouleverser ». Mêler a pour particularité d’évoquer le plus souvent une action non planifiée, faite sans ordre. Il signifie d’abord « unir des choses différentes de façon à les confondre en un tout », en parlant surtout de choses abstraites. Il peut aussi signifier « présenter à la fois des traits caractéristiques différents ou opposés » ou « faire participer à quelque chose » en parlant d’une personne, « mettre en désordre » et « assortir des choses et les voir comme un tout sans qu’il y ait nécessairement mélange ». Au Québec, mêler s’emploie aussi, surtout dans un registre familier, au sens de « faire perdre à une personne le fil de ses idées ». À la forme pronominale, se mêler signifie « être mis ensemble », en parlant de choses et « se joindre à, avec » ou « s’occuper de », en parlant de personnes.

 

Exemples :

 

- Annie me déstabilise lorsqu’elle mêle à son narcissisme un air de candeur.

- Cet auteur aime mêler des péripéties de sa vie privée à ses romans de fiction.

- Comment avons-nous pu mêler à ce point les guirlandes électriques de l’arbre de Noël?

- Les parfums de cannelle, de pommes et de café se mêlaient dans la cuisine.

- Lors d’une présentation, ça le mêle de se faire poser des questions à tout moment.

- Les nouvelles stagiaires se mêlèrent à notre équipe avec aisance.

- Ma sœur cadette a le défaut de ne jamais se mêler de ses affaires.

 

 

Le verbe mélanger est dérivé du nom mélange, qui lui-même vient de mêler. Contrairement à mêler, il implique généralement une idée d’ordre, d’intention ou de proportions déterminées. Il signifie d’abord « incorporer des choses différentes de façon à obtenir un tout », en parlant surtout de choses concrètes. Mélanger peut aussi signifier, dans un usage plus familier, « mettre en désordre » ou « confondre ». À la forme pronominale, il prend le sens de « pouvoir être amalgamé » ou de « devenir pêle-mêle ».

 

Exemples :

 

- Pour faire cette marinade, vous devez mélanger l’huile, le jus de lime, l’ail et le miel.

- Cette télésérie mélange judicieusement le drame à l’humour noir.

- Mon fils s’est amusé à mélanger les livres bien classés de notre bibliothèque.

- Ma supérieure a longtemps mélangé mon nom avec celui d’une de mes collègues.

- L’huile et l’eau ne se mélangent pas.

- Les dossiers de ces patients se sont mélangés, d’où l’erreur commise par la suite.

 

 

On notera que les compléments des verbes mêler et mélanger peuvent être unis par les prépositions à ou avec ou par la conjonction et. Cependant, on emploie plus couramment la préposition à avec le verbe mêler, et plus rarement la préposition avec lorsque mêler exprime un sens figuré.

 

Exemples :

 

- Pour enrichir votre potager, mélangez du compost à (ou : avec, et) votre terre de surface.

- Nicolas aime préparer des repas dans lesquels il mêle des plats exotiques à (ou : avec, et) des mets plus traditionnels.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles