Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Cas particuliers liés à l'orthographe



Cougar, cougouar ou couguar

 

Le mot cougar désigne un grand mammifère carnivore d’Amérique de la famille des félidés pourvu d’un pelage court et uni et d’une longue queue; on emploie également le nom puma pour désigner cet animal. Ce mot peut s’écrire de trois façons : cougar, cougouar ou couguar. Chacune de ces graphies a des caractéristiques particulières.

 

On trouve la graphie couguar dans la majorité des dictionnaires de langue générale. Cette graphie peut se prononcer de deux manières : [kugaR] (kou-gar), la deuxième syllabe se prononçant comme le mot gare; ou [kugwaR] (kou-gwar), la deuxième syllabe se prononçant comme dans jaguar. Cette graphie présente deux désavantages : sa prononciation prête à confusion, comme on vient de le voir, et elle n’est pas recommandée par les rectifications de l’orthographe, qui lui préfèrent la graphie cougouar.

 

En effet, les rectifications privilégient la graphie cougouar, forme considérée comme plus proche du français. Le mot cougar est un emprunt au portugais cucuarana, qui vient lui-même du tupi susarana. Lorsque plusieurs graphies d’un mot d’origine étrangère existent, les rectifications recommandent de privilégier celle qui est la plus proche du français. Cependant, la forme cougouar peut uniquement se prononcer [kugwaR] (kou-gwar). Par ailleurs, on rencontre peu cette prononciation au Québec, où l’on prononce plus généralement [kugaR] (kou-gar), la deuxième syllabe se prononçant comme le mot gare, et non comme dans jaguar.

 

La graphie cougar, elle, est fréquente au Québec, mais elle est plutôt rare dans les dictionnaires de langue courante ainsi que dans le reste de la francophonie, peut-être parce que la prononciation correspondante y est elle aussi moins fréquente. Cette graphie présente cependant l’avantage de correspondre à la prononciation implantée au Québec, contrairement à cougouar, sans entraîner d’hésitation sur la prononciation. C’est pourquoi nous privilégions la forme cougar.

 

Spécifions toutefois que les trois graphies, cougar, cougouar et couguar, sont correctes, de même que les deux prononciations.

 

Exemples :

 

- Le cougar, qu’on appelle aussi puma, est l’animal terrestre occupant le plus vaste territoire en Amérique du Nord.

- Le pelage du cougouar peut être roux, gris, fauve ou brun.

- Le couguar fait l’objet d’un suivi au Québec; il pourrait être désigné comme espèce menacée ou vulnérable.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Lettres GU, portant sur la prononciation de ces deux lettres, et l’article Franciser la graphie des mots d’origine étrangère, portant sur les rectifications de l’orthographe.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles