Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Rédaction administrative et commerciale > Documents numériques > Présentation assistée par ordinateur > Conception du diaporama



Emploi des couleurs dans le diaporama

 

Quand on créé un diaporama électronique, on cherche parfois à attirer l’attention de l’auditoire avec un arrière-plan dégradé, des écritures multicolores, des symboles de toutes les teintes, etc. Les couleurs peuvent certainement accroître l’intérêt pour le diaporama, mais à condition seulement qu’on les utilise bien. Voici quelques recommandations élémentaires pour un bon usage de la couleur dans le diaporama.

 

Fonctions de la couleur

 

Les couleurs ne doivent pas être employées uniquement par fantaisie. Il faut qu’elles puissent améliorer la compréhension des informations présentes dans le diaporama. Leur rôle peut être de créer des catégories dans un graphique, de mettre en évidence un titre, de rappeler un thème, une organisation, etc.

 

Nombre de couleurs

 

Il est raisonnable de choisir un maximum de quatre couleurs pour une diapositive simple, et de se limiter à cinq ou six pour une diapositive plus complexe comportant, par exemple, un graphique. Le plus important est de garder en tête qu’une diapositive qui ressemblerait à un arc-en-ciel serait difficile à déchiffrer. Idéalement, on devrait créer des repères pour l’auditoire en associant toujours un même type d’élément à une même couleur choisie. Par exemple : blanc pour le fond, bleu pour le titre, noir pour le texte.

 

Contraste entre le texte et l’arrière-plan

 

Pour une bonne lisibilité du diaporama, il est important que les couleurs qu’on utilise pour différencier les éléments soient bien distinctes. Celles du texte et de l’arrière-plan doivent tout particulièrement contraster. Ainsi, on évitera d’écrire en jaune pâle sur fond blanc, en rouge clair sur fond rose, en bleu royal sur fond noir, etc. Le mieux est d’employer des caractères très foncés sur un arrière-plan très pâle, par exemple noir sur blanc. En fait, les meilleures conditions de lecture à l’écran sont celles qui ressemblent le plus aux conditions de lecture sur papier. Par ailleurs, il est préférable de ne pas employer de bleus très clairs pour colorer des caractères (ou de petits éléments); l’œil y est moins sensible qu’aux autres couleurs.

 

Éclairage

 

Quand on présente des diapositives dont l’arrière-plan est très pâle, il est préférable de conserver un certain éclairage dans la salle de projection, car un fond clair, dans une salle sombre, peut sembler exagérément brillant. Notons que cela est d’autant plus profitable qu’une salle obscure est souvent une invitation au sommeil. Mais si, pour une raison donnée, la salle doit demeurer sombre, des caractères pâles sur un arrière-plan foncé peuvent être une option envisageable.

 

Combinaison des couleurs

 

Les couleurs très vives peuvent agresser l’œil. Par conséquent, elles ne devraient être utilisées qu’en petite quantité. Les couleurs chaudes (les rouges, les orangés et les jaunes) ont un pouvoir d’attraction plus grand que les couleurs froides (les verts, les bleus et les violets); on devrait donc les destiner aux éléments sur lesquels on souhaite plus particulièrement attirer l’attention. En outre, on doit éviter la juxtaposition de certaines couleurs reconnues pour créer des effets de vibration lorsqu’elles sont accolées. C’est le cas des couleurs suivantes, dans leurs déclinaisons les plus franches et éclatantes : jaune et violet, jaune et bleu, orangé et bleu, bleu et rouge, rouge et vert. Si on souhaite juxtaposer ces couleurs, il est préférable que l’une soit foncée et l’autre éclaircie. Notons que la combinaison du rouge et du vert pose généralement problème aux daltoniens, et ce, peu importe la nuance.

 

Signification des couleurs

 

Les couleurs influencent les pensées et les humeurs. Il est souhaitable de se le rappeler avant de fixer son choix sur une couleur de préférence à une autre. Par exemple, dans la culture occidentale, le bleu est souvent associé au calme, le jaune à la bonne humeur, le vert à la nature, le noir à ce qui est sérieux, le rouge au danger. Ainsi, les couleurs qu’on emploie dans le diaporama devraient s’accorder avec le message à transmettre. Notons, par ailleurs, qu’un diaporama d’entreprise devrait avant tout respecter les couleurs de l’organisation dont il fait la promotion.

 

Pour en apprendre davantage, vous pouvez consulter les articles des sous-thèmes Conception du diaporama et Documents connexes au diaporama.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles