Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Défectueux et déficient

 

On peut parfois hésiter entre les adjectifs défectueux et déficient qui partagent l’idée d’« imperfection » et qui dérivent tous deux du mot latin deficere « manquer, faire défaut ».

 

L’adjectif défectueux peut signifier « qui présente des imperfections par rapport à des normes, à des règles, à des conditions ou au fonctionnement attendu », en parlant notamment d’objets, de dispositifs, d’actes juridiques, de faits de langue ou d’expressions.

 

Exemples :

 

- Les élèves ont dû quitter l’école plus tôt en raison d’appareils de chauffage défectueux.

- Ce jugement défectueux marquera assurément l’histoire du droit international.

- Dans le mot micro-informatique, il y a un trait d’union entre les lettres o et i puisqu’elles pourraient être lues comme une seule unité et ainsi engendrer une prononciation défectueuse.

- L’organisation de cette exposition a été défectueuse du début à la fin.

 

 

L’adjectif déficient signifie quant à lui « qui présente une insuffisance physique ou mentale », en parlant d’une personne ou d’une partie de son corps, « qui est altéré », en parlant d’un état, ou « qui est insuffisant en quantité ». Déficient est aussi employé comme nom pour désigner une personne qui a une insuffisance physique ou mentale.

 

Exemples :

 

- Aline s’occupe à temps plein de trois adolescents qui sont déficients intellectuellement.

- Je suis inquiète par la mémoire déficiente de mon père.

- L’état de santé de cette patiente est de plus en plus déficient.

- Son régime alimentaire déficient en fer l’a rendu anémique.

 

 

L’adjectif défectif a aussi un sens très proche de celui des adjectifs présentés précédemment et dérive également du même mot latin qu’eux. Son emploi est cependant spécialisé dans des domaines didactiques. En linguistique, il sert à qualifier un verbe dont la conjugaison est incomplète. Par exemple, clore est un verbe défectif puisque certaines de ses formes ne sont plus en usage; seules les formes du présent de l’indicatif au singulier (je clos, tu clos, il clôt), de l’impératif (clos) et du participe passé (clos, close) sont usuelles. Défectif est aussi employé en musique au sens de « qui n’a pas de demi-tons » et en géométrie au sens de « qui n’a qu’une asymptote », en parlant d’une hyperbole. On trouve encore ici le sens « qui manque, qui fait défaut ».



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles