Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Pléonasmes



Sortir dehors

 

Une des significations du verbe sortir est celle d’« aller dehors, à l’extérieur ». Ainsi, les expressions sortir dehors et sortir à l’extérieur constituent des pléonasmes qu’il vaut mieux éviter, plus particulièrement lorsque le contexte d’emploi précise que le sens de sortir correspond à celui de « sortir en plein air ».

 

Exemples :

 

- Vous êtes fous de sortir par un temps pareil! (plutôt que : Vous êtes fous de sortir dehors par un temps pareil!)

- En fin de journée, une éclaircie nous a permis de sortir sans parapluie. (plutôt que : une éclaircie nous a permis de sortir à l’extérieur sans parapluie)

 

Cependant, les expressions sortir dehors et sortir à l’extérieur ne sont pas considérées comme pléonastiques dans tous les contextes. En effet, elles peuvent parfois être employées pour insister sur l’idée d’« aller dehors », surtout lorsqu’on veut éviter toute confusion avec un autre sens du verbe sortir qui est celui d’« aller à l’extérieur de chez soi afin de se distraire ».

 

Exemples :

 

- Les enfants sont sortis dehors tout l’avant-midi. (Les enfants sont sortis tout l’avant-midi aurait aussi pu vouloir dire qu’ils sont sortis en visite chez des amis, au centre commercial, etc.)

- Le médecin lui a conseillé de sortir à l’extérieur tous les jours. (Le médecin lui a conseillé de sortir tous les jours aurait aussi pu vouloir dire qu’il lui a conseillé de sortir pour se distraire.)

 

 

Comme sortir exprime l’idée générale d’« aller hors d’un lieu », l’expression sortir hors de est elle aussi considérée comme pléonastique. On privilégiera alors simplement la formulation sortir de.

 

Exemples :

 

- Elle n’est presque pas sortie de sa chambre de la fin de semaine. (et non : Elle n’est presque pas sortie hors de sa chambre de la fin de semaine.)

- Lise a trébuché lorsqu’elle est sortie du véhicule. (et non : Lise a trébuché lorsqu’elle est sortie hors du véhicule.)

 

 

À l’inverse, le verbe entrer, lorsqu’il est employé sans complément, exprime en soi l’idée d’« introduire dedans, à l’intérieur ». C’est pourquoi on doit également éviter les formulations pléonastiques entrer en dedans et entrer à l’intérieur.

 

Exemples :

 

- Le voleur est entré par la fenêtre. (et non : Le voleur est entré à l’intérieur par la fenêtre.)

- Le chat miaule chaque matin vers 6 h pour entrer. (et non : Le chat miaule chaque matin vers 6 h pour entrer en dedans.)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles