Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Espacement



Types d'espacement

 

Il existe en typographie diverses règles à respecter concernant les espacements entre les mots et les signes, symboles, chiffres, etc. Ces règles, qui sont particulièrement en usage dans le domaine de l’édition, doivent aussi être respectées dans les textes soignés produits par traitement de texte et imprimés, tout comme dans les textes de sites Web.

 

On trouve en typographie différents types d’espacement. L’espace sécable, aussi appelée espace normale, espace forte ou espace-mot, est l’espace par défaut obtenue en appuyant sur la barre d’espacement du clavier. Cette espace autorise le retour à la ligne devant le mot ou le signe qui la suit.

 

L’espace justifiante est caractérisée par une largeur variable qui permet de justifier les lignes d’un texte, c’est-à-dire de les rendre pleines, le texte se rendant ainsi jusqu’à la marge de droite.

 

L’espace insécable est une espace liante qui empêche de séparer deux mots ou signes indissociables, c’est-à-dire ne devant pas se trouver sur deux lignes différentes. Ce type d’espace est employé avant ou après certains signes de ponctuation, comme les chevrons, les deux-points et les guillemets. On l’emploie aussi avant ou après d’autres signes ou symboles (unités de mesure, unités monétaires, pourcentages, signes arithmétiques, etc.).

 

L’espace fine est une espace insécable réduite utilisée en typographie soignée devant le point d’interrogation, le point d’exclamation, le point-virgule et les appels de note. Cette espace n’est généralement pas disponible dans les logiciels courants de traitement de texte.

 

Quant aux appellations cadratin, demi-cadratin et quart de cadratin, elles appartiennent à la typographie traditionnelle, et on les utilise de moins en moins. Un cadratin est une unité de mesure représentée par un carré blanc imaginaire dont la dimension d’un côté est la même que celle du corps du caractère. Par exemple, le cadratin d’un texte composé en corps 9 sera un blanc de 9 points.

 

On notera que le mot espace est de genre masculin dans la langue courante et en informatique, mais qu’il est traditionnellement de genre féminin en typographie. Dans ce domaine, le nom féminin désignait à l’origine la lamelle de métal intercalée entre les caractères de plomb de façon à espacer les mots. Par métonymie, on employait aussi espace au féminin pour désigner le blanc laissé entre les mots imprimés. Certains ouvrages spécialisés font aussi une différence entre l’espace entre les mots et l’espace non imprimé sur une page; par exemple, on dirait qu’il y a une espace insécable entre Jean-Paul et II, mais qu’il y a un espace de deux retours à la ligne après le premier sous-titre. Dans la langue courante, il n’est toutefois pas incorrect d’employer espace au masculin dans le sens de « blanc entre les mots ».

 

 

Pour en savoir davantage sur les espacements à utiliser avec chacun des signes de ponctuation, sur l’espace insécable et sur les caractères surélevés, vous pouvez consulter les articles Espacement avant et après les principaux signes de ponctuation et autres signes ou symboles, Espace insécable et Espacement et caractères surélevés.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles