Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Capter, captiver et capturer

 

Il peut être difficile de différencier les verbes capter, captiver et capturer. En effet, leur prononciation se ressemble et, étant tous issus du latin capere « prendre », ils ont conservé, différemment, ce sens commun.

 

Le verbe capter vient du latin captare « chercher à saisir », de capere « prendre ». On l’utilise d’abord avec le sens de « chercher à attirer, à gagner quelque chose de quelqu’un par des moyens intéressés ». Capter a aussi des sens plus techniques tels que « recueillir de l’eau ou une énergie naturelle en vue de son utilisation », « recevoir des ondes, des sons, des images avec des appareils récepteurs » en télécommunication, et « obtenir des biens de manière répréhensible, voire frauduleuse », en droit. 

 

Exemples :

 

- Le conférencier a capté notre attention tout au long de sa présentation.

- Les voitures solaires fonctionnent grâce à leur capacité de capter les rayons du soleil.

- Les pays en développement manquent pour la plupart d’infrastructures pour capter l’eau des rivières et des nappes phréatiques.

- Le signal de détresse transmis par l’émetteur a été rapidement capté par l’équipe de sauvetage.

- La famille du deuxième mariage du défunt s’est concertée pour capter son héritage et écarter de la succession les enfants de sa première union.

 

 

Le verbe captiver vient du bas latin captivare « faire, maintenir prisonnier », dérivé de captivus, qui lui aussi est issu de capere « prendre ». En français moderne, captiver n’a plus le sens concret de « faire prisonnier », mais s’emploie plutôt au sens abstrait de « séduire, retenir l’intérêt », avec pour complément un nom de personne.

 

Exemples :

 

- L’auteure de la série littéraire Harry Potter a captivé des millions de lecteurs avec ses histoires de sorciers.

- Julie s’est laissée captiver par la voix enivrante de ce chanteur louisianais.

 

 

Capturer est dérivé du nom capture, qui vient du latin captura, aussi dérivé de capere « prendre ». On l’emploie au sens de « s’emparer, faire prisonnier », souvent avec force ou ruse, en parlant d’un être vivant ou d’une chose en mouvement. Lorsque le complément est une chose immobile, on emploie plutôt des verbes comme prendre ou s’emparer de (une ville, un fort, par exemple).

 

Exemples :

 

- Cette cellule de terroristes ne pourra être dissoute tant que ses dirigeants ne seront pas capturés.

- Le raton laveur qui errait dans le quartier a été capturé et déplacé dans une forêt de la région.

- Des pirates ont capturé un navire britannique au large du Yémen.

 

 

En résumé, capter, c’est recueillir ou recevoir une énergie ou un élément naturels en vue de leur utilisation; captiver, c’est séduire quelqu’un, le fasciner; et capturer, c’est s’emparer d’un être vivant ou d’une chose mobile.

 

Exemple :

 

- Le jeune garçon, captivé par les histoires qui font sensation, a su capter l’intérêt de ses camarades en leur présentant une vidéo d’un requin-tigre capturé par des pêcheurs dans le Pacifique.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles