Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Clore et clôturer

 

On peut parfois hésiter entre les verbes clore et clôturer qui partagent les sens de « fermer par une enceinte » et de « terminer, mettre un terme à ». Pour bien les distinguer, on doit connaître l’évolution temporelle de ces deux verbes et les critiques et usages qui sont rattachés à leurs sens communs.

 

Le verbe clore vient du latin claudere « fermer ». En français moderne, clore est employé au sens figuré de « déclarer terminé » ou de « mettre fin à », notamment en parlant d’un débat, d’une discussion, de la séance d’une assemblée. On notera que clore est un verbe défectif, c’est-à-dire que sa conjugaison est incomplète, certaines formes n’étant plus en usage; seules les formes du présent de l’indicatif au singulier (je clos, tu clos, il clôt), de l’impératif (clos) et du participe passé (clos, close) sont usuelles.

 

Exemples :

 

- La séance de l’assemblée fut close très tard en fin de journée.

- Je suis parvenue à clore la discussion avant qu’elle ne s’envenime.

 

Cette conjugaison incomplète s’explique par le fait que des verbes concurrents à clore se sont progressivement substitués à lui dans certains sens. Clore était plus répandu en ancien et moyen français, notamment avec le sens de « fermer, boucher pour condamner un passage, une ouverture »; cet emploi est maintenant considéré comme vieilli et littéraire et a été remplacé dans la langue générale par des verbes comme fermer, boucher, barricader. De même, clore avait anciennement le sens spatial d’« entourer d’une enceinte, d’une clôture »; ce sens aujourd’hui vieilli est remplacé par des verbes tels que clôturer ou entourer.

 

Exemples :

 

- Ce passage vers le grenier a été fermé par les anciens propriétaires de la maison. (plutôt que : Ce passage vers le grenier a été clos.)

- Nos voisins ont entouré leur propriété d’une clôture. (plutôt que : Nos voisins ont clos leur propriété.)

 

 

Le verbe clôturer est dérivé du nom clôture, qui est de la même famille que clore. On l’emploie notamment avec le sens propre d’« entourer, fermer avec une clôture ». Clôturer est aussi utilisé en français avec le sens figuré de « terminer ou déclarer terminée une chose », qu’il partage avec clore. Certains ouvrages normatifs considèrent que ce sens figuré de clôturer est employé abusivement et qu’il serait préférable de le réserver à clore, mais comme ce dernier ne peut pas être employé dans toutes les formes de conjugaison, clôturer l’a progressivement remplacé dans ce sens et a réussi à s’implanter dans l’usage. On notera cependant qu’on doit éviter d’employer clôturer au sens de « fermer ».

 

Exemples :

 

- Nous allons clôturer la piscine creusée avec une barrière en fer forgé.

- Cette année-là, ils clôturèrent la saison théâtrale par la pièce controversée Les fées ont soif.

- Nous clôturerons la séance de travail par une réflexion sur le climat morose qui règne au sein de la direction depuis quelque temps.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles