Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Rancœur et rancune

 

On hésite parfois entre les noms rancœur et rancune, puisqu’ils ont une origine commune et qu’ils expriment tous deux l’idée d’un état affectif fait de ressentiment et d’amertume.

 

Le nom rancœur est l’évolution, d’après cœur, du latin rancor, qui signifiait au sens propre « état de ce qui est rance » et, au sens figuré, « rancune ». La rancœur est un souvenir tenace empreint d’amertume et de tristesse, que l’on garde après avoir vécu une désillusion ou une injustice. On ressent de la rancœur contre, à l’égard de, envers, pour quelqu’un ou quelque chose; on garde, on tient rancœur à quelqu’un.

 

Exemples :

 

- Je ne ressens plus de rancœur pour cette injustice dont j’ai été victime.

- Cette enfant abandonnée cuvait en silence sa rancœur envers la fatalité qui lui avait ravi ses parents.

- La vieillesse l’avait imprégné d’une rancœur contre la jeunesse, sa fraîcheur et sa naïveté.

 

 

Le nom rancune quant à lui est une altération de l’ancien français rancure, qui vient du latin rancura, formé, lui, de rancor et de cura « souci ». La rancune est un souvenir durable marqué d’aigreur et d’agressivité que l’on garde d’une offense ou d’un préjudice et qui s’accompagne d’un désir de vengeance. On éprouve, on nourrit de la rancune contre, à l’égard de, envers, pour quelqu’un ou quelque chose; on garde, on tient rancune à quelqu’un, de ou pour quelque chose.

 

Exemples :

 

- Son corps était marqué par la rancune qu’elle éprouvait pour ses agresseurs.

- Il n’a pas gardé rancune de la souffrance qu’on lui a fait vivre.

- Elle tient toujours rancune à ses parents qui ne lui ont pas permis d’aller étudier à l’étranger.

 

Le mot rancune figure aussi dans l’expression figée sans rancune, qui est une forme d’invitation à la réconciliation, à oublier un blâme ou un jugement défavorable.

 

Exemples :

 

Sans rancune, mon fils, mais tes efforts pour réussir ne m’apparaissent pas suffisants.

- Maintenant que nous nous sommes expliqués et pardonné, je lève mon verre à notre amitié! Sans rancune!

 

Dans bien des contextes, lorsque l’idée de tristesse, d’offense ou de vengeance n’est pas explicite, les deux noms peuvent être employés.

 

Exemples :

 

- Elle a quitté son emploi sans rancœur (ou sans rancune).

- C’est durant sa thérapie que se sont réveillées des rancœurs (ou : des rancunes) vieilles de vingt ans.

 

 

Enfin, l’adjectif rancunier sert à qualifier une personne qui a tendance à garder rancune, et un caractère ou un comportement qui révèle de la rancune. L’ancien français avait d’abord produit comme dérivé de rancune l’adjectif rancuneux, mais ce dernier a été supplanté par rancunier et est aujourd’hui considéré comme vieilli ou littéraire.

 

Exemples :

 

- Jean est si rancunier que j’ai peur qu’il ne me pardonne jamais cet écart de conduite.

- Chaque fois que je la croise sur mon chemin, elle me lance un regard rancunier qui m’indispose.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles