Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Changer

 

Le verbe changer peut avoir plusieurs sens, qui sont liés chacun à une construction syntaxique différente. Voici les plus courants.

 

Changer s’emploie pour exprimer l’évolution de quelque chose, sa transition d’un état à un autre. Il s’utilise alors sans complément verbal, c’est-à-dire en emploi absolu. Ce qui change ici, c’est le sujet du verbe.

 

Exemples :

 

- Le visage de ma grand-mère change à mesure qu’elle vieillit.

- Les temps changent, rien n’est plus pareil.

 

 

Le verbe changer s’emploie aussi avec le sens de « faire en sorte que quelqu’un ou quelque chose devienne différent, nouveau ». Il est alors suivi d’un complément direct qui désigne ce sur quoi porte le changement. On parle dans ce cas de construction transitive directe du verbe.

 

Exemples :

 

- Après son infarctus, Marc a changé ses habitudes de vie.

- En raison des nombreux départs à la retraite, l’administration devra changer tout le personnel de soutien.

 

 

Changer peut également être suivi d’un complément indirect introduit par la préposition de; il signifie ici « remplacer une chose ou une personne par une autre de même nature, mais distincte de la première ». Il s’agit dans ce cas d’une construction transitive indirecte du verbe.

 

Exemples :

 

- Cette fin de semaine, quitte la ville et va à la montagne; changer d’air te fera du bien.

- Les enfants devront changer de vêtements avant le souper puisqu’ils sont couverts de boue.

- La classe changera d’enseignante, car l’institutrice habituelle est malade.

 

 

Le verbe changer admet aussi d’autres constructions, plus complexes. Il peut être suivi d’un complément direct et d’un complément introduit par une autre préposition que de. Suivi de la préposition en, le verbe changer signifie « transformer la nature d’une chose ».

 

Exemples :

 

- La sorcière jeta un mauvais sort et changea le prince en un crapaud hideux.

- Personne n’a encore trouvé le moyen de changer le plomb en or.

 

Suivi de la préposition contre, le verbe changer signifie « céder une chose en contrepartie d’une autre ». Son sens est alors proche de celui du verbe échanger.

 

Exemples :

 

- J’ai changé ma monnaie contre un billet de cinq dollars.

- Sophie a changé sa collection de timbres contre un jeu d’échec.

 

La construction changer pour, dont le sens se rapproche de celle de changer contre, signifie « substituer une chose à une autre ». Elle est considérée comme vieillie par certains grammairiens. Pourtant, la construction changer pour est encore bien présente et convient dans certains contextes où il est impossible d’employer la construction changer contre, puisqu’il n’y a pas dans ce cas d’échange réciproque.

 

Exemples :

 

- Il a changé le nom de son entreprise pour un autre plus original.

- Ton frère prévoit changer son baladeur MP3 pour un modèle plus récent.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles