Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Accord du participe passé > Cas particuliers d'accord du participe passé



Vu, de mes yeux vu

 

L’expression vu, de mes yeux vu tire son origine de la pièce Le Tartuffe de Molière : « Je l’ai vu, dis-je, vu, de mes propres yeux vu, /Ce qu’on appelle vu […]. » Elle s’emploie pour insister sur le caractère réel d’un fait exceptionnel. L’accord du participe passé vu dans cette expression peut être source d’hésitation. Dans les faits, bien qu’il soit répété, vu suit ici les mêmes règles d’accord que tout autre participe passé employé avec l’auxiliaire avoir.

 

Exemples :

 

- Dans ce petit restaurant méconnu, j’ai vu, de mes yeux vu, cette célèbre chanteuse.

(J’ai vu quoi? cette célèbre chanteuse. Il n’y a pas d’accord puisque le complément direct est placé après le verbe.)

 

- Ces majestueux paquebots, je les ai vus, de mes yeux vus, dans un port de Monaco.

(J’ai vu quoi? les, mis pour ces majestueux paquebots. Il y a accord avec le complément direct, les, placé avant le verbe.)

 

- Les extraterrestres existent; je suis sûr d’en avoir vu, de mes yeux vu.

(Je suis sûr d’avoir vu quoi? en, mis pour des extraterrestres. Il n’y a pas d’accord puisque le complément direct est le pronom en.)

 

- Cette braconnière, je l’ai vue, de mes yeux vue, abattre un ours.

(Il y a ici accord avec le pronom complément direct, l’, mis pour cette braconnière, qui est placé devant le verbe et qui fait l’action exprimée par l’infinitif abattre).

 

Par ailleurs, il est correct d’employer l’expression vu, de mes yeux vu non seulement à la première personne du singulier, mais aussi à d’autres personnes. On évitera toutefois d’accorder le second participe passé vu avec le nom voisin yeux.

 

Exemple :

 

- « Tu as déjà vu, de tes yeux vu, le vrai père Noël? » demande la mère à son petit garçon.

(et non : vu, de tes yeux vus)

 

On évitera également d’employer la construction voir de ses yeux vu, qui n’est pas attestée dans les dictionnaires. On lui préférera les formules voir de ses yeux ou voir de ses propres yeux.

 

Exemple :

 

- Cet ornithologue espérait voir la parade nuptiale du grèbe esclavon de ses propres yeux. (et non : espérait voir de ses yeux vu)

 

Enfin, on notera que l’expression vu, de mes yeux vu comporte une virgule, qui a pour fonction de mettre en évidence la répétition. Elle contribue ainsi à l’effet d’insistance recherché; il est donc préférable de ne pas l’omettre.

 

 

Pour en savoir davantage sur les règles d’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir, vous pouvez consulter l’article Tableau-synthèse : participe passé avec l'auxiliaire avoir.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles