Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Protéger

 

Le verbe protéger peut signifier « mettre à l’abri d’un danger (une personne ou une chose) » ou encore « faciliter, favoriser le développement (d’une activité, d’un comportement) ». Ce verbe est généralement suivi d’un complément direct et d’un complément indirect, ce dernier pouvant être introduit par les prépositions de, contre et par. Le choix de cette préposition dépend de la nature (personne ou chose) de ce que désigne le complément indirect.

 

Lorsque le complément indirect représente une personne, protéger se construit généralement avec la préposition contre.

 

Exemples :

 

- Mon grand frère s’est fait un devoir de me protéger contre le batailleur de mon école.

- Plus petit, j’aurais tellement voulu protéger ma mère contre mon beau-père violent.

- Ses parents l’ont inscrit à l’école privée pensant le protéger contre les jeunes de mauvaise influence.

 

Lorsque le complément indirect désigne une chose, protéger se construit avec la préposition contre ou de.

 

Exemples :

 

- Cet abri de jardin est génial : il nous protège du soleil, de la pluie et des moustiques! (ou : il nous protège contre le soleil, (contre) la pluie et (contre) les moustiques!)

- La construction d’une digue protégerait notre quartier des inondations. (ou : contre les inondations)

- Ces mesures visent à protéger notre économie contre la concurrence étrangère. (ou : de la concurrence étrangère)

 

Si le verbe protéger est suivi d’un complément de moyen introduit par de, le complément qui suit est alors préférablement introduit par la préposition contre. Ce complément de moyen peut être placé avant ou après le verbe.

 

Exemples :

 

- Cet arbuste protège de ses larges feuilles le chat contre les chauds rayons du soleil. (ou : De ses larges feuilles, cet arbuste protège le chat contre les chauds rayons du soleil.)

- La louve protégeait de son corps ses petits contre les vents violents. (ou : De son corps, la louve protégeait ses petits contre les vents violents.)

 

Enfin, protéger peut aussi être construit avec la préposition par lorsqu’il introduit un complément de moyen.

 

Exemples :

 

- Ce territoire est protégé par la loi contre toute forme d’exploitation.

- Notre maison est protégée par un système d’alarme contre la violation de domicile.

 

 

Par ailleurs, en ce qui concerne la graphie du verbe conjugué, on retiendra que le é se change en è devant une syllabe qui se termine par un e muet au présent de l’indicatif (je protège, tu protèges, il protège, ils protègent). Les rectifications de l’orthographe recommandent aussi cette graphie pour les formes du futur (il protègera…) et du conditionnel présent (tu protègerais…), formes qui s’écrivent traditionnellement avec un accent aigu (il protégera, tu protégerais). Enfin, rappelons que le g est suivi d’un e devant les voyelles a et o (je protégeais, nous protégeons).

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Accent grave.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles