Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La prononciation
Notions de base en phonétique



Les phones et les phonèmes

 

Chaque langue possède un ensemble de règles de grammaire, et d’autres, liées à la formation des mots. Mais ce n’est pas tout; il existe également des règles concernant les sons. Ceux-ci sont organisés dans un ensemble qu’on appelle le système phonologique d’une langue.

 

En linguistique, on distingue les phones (aussi appelés plus simplement sons) des phonèmes. Les phonèmes sont des représentations abstraites des sons établies les unes par rapport aux autres selon leur fonction au sein d’un ensemble organisé (le système phonologique). Par exemple, le système phonologique du français possède 36 phonèmes : 16 voyelles, 17 consonnes et 3 semi-voyelles (aussi appelées semi-consonnes). Cependant, selon le contexte et différents facteurs comme l’origine, le sexe et l’âge du locuteur, chacun de ces phonèmes peut être prononcé de différentes manières. Ces variantes sont les phones, c’est-à-dire les réalisations concrètes de ces phonèmes.

 

Prenons le phonème /R/. Au Québec, on en répertorie plusieurs variantes (des phones), dont certaines sont prononcées avec le bout de la langue et d’autres avec le dos de la langue. Malgré les différentes prononciations possibles, lorsque nous entendons l’une ou l’autre de ces variantes, nous reconnaissons toujours le phonème /R/, parce que les phones entendus ont tous en commun certains traits, qui les opposent aux autres phonèmes du français. Ainsi, dans une langue donnée, un même phonème peut être réalisé par différents phones et, dans la mesure où l’on trouve dans le phone émis les traits distinctifs du phonème, celui-ci est reconnu et distingué des autres phonèmes. Ces traits sont pour les consonnes : le lieu d’articulation, le mode articulatoire, la sonorité (ou voisement) et la nasalité (ou oralité); et pour les voyelles, le degré d’aperture (ouverture de la bouche), le lieu d’articulation, la projection des lèvres et la nasalité (ou oralité).

 

Par exemple, le mot vis se prononce [vis] (viss). La consonne /s/ est prédorso-alvéolaire (lieu d’articulation), c’est-à-dire que la partie avant du dos de la langue touche les alvéoles au moment de l’articulation; il s’agit d’une constrictive (mode articulatoire), puisque l’air n’est que partiellement bloqué; elle est sourde (sonorité), puisque les cordes vocales ne vibrent pas au cours de l’émission de l’air; elle est orale, c’est-à-dire que l’air ne passe pas par la cavité nasale, contrairement à certains phonèmes comme /m/, /n/, /2/ et /7/. Le seul de ces traits qui distingue le phonème /s/ du phonème /z/ est la sonorité : le premier est une consonne sourde, alors que le second est sonore. Si on modifie ce trait pour faire de /s/ une consonne sonore, en faisant vibrer les cordes vocales au moment de l’émission de l’air (tout en conservant tous les autres traits articulatoires), la consonne articulée est [z]. On ne prononce donc plus [vis] (viss), mais bien [viz] (vizz). Tout locuteur francophone, du fait de ce changement de prononciation, ne percevra plus le même mot; aussi peut-on déduire de cette expérience que les réalisations phonétiques [s] et [z] correspondent, en français, à des phonèmes différents, soit /s/ et /z/.

 

Dans certaines langues, comme l’espagnol, ces deux phones correspondent à un seul et même phonème et une telle différence de prononciation n’interfère pas dans la compréhension d’un énoncé. Chaque langue possède, en effet, son propre système phonologique et des traits distinctifs qui lui sont propres.

 

Soulignons enfin qu’en linguistique, les phones sont l’objet d’étude de la phonétique, et les phonèmes, de la phonologie. Dans ces disciplines, par convention, on inscrit les phones entre crochets [ ] et les phonèmes, entre barres obliques / /.

 

 

Pour en apprendre davantage, vous pouvez notamment consulter les articles Les voyelles, Articulation des voyelles, Les consonnes, Articulation des consonnes et Alphabet phonétique international.

 

Pour pouvoir visualiser la transcription en alphabet phonétique international (API), qui apparaît entre crochets, vous devez avoir la police de caractères API TLFQ. Vous pouvez la télécharger sur notre site en cliquant ici.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles