Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Se fier

 

Le verbe se fier, qui signifie « faire confiance », est suivi d’un complément indirect, et on peut hésiter quant au choix de la préposition qui sert à introduire ce dernier. Doit-on dire se fier à quelqu’un, à quelque chose, ou se fier sur quelqu’un, sur quelque chose? Dans les faits, c’est la forme se fier à qui devrait être privilégiée.

 

Dès le XVIIe siècle, la préposition sur peut suivre le verbe se fier. La construction se fier sur est demeurée en concurrence avec se fier à jusqu’à maintenant. Encore aujourd’hui, certains grammairiens ou lexicographes présentent les deux sans marque dans leurs ouvrages, et d’autres considèrent l’emploi de se fier sur comme vieilli, bien qu’on le recense encore dans la francophonie et au Québec, où il est toujours très concurrencé par se fier à.

 

Par ailleurs, quelques ouvrages avancent que se fier sur est calqué sur l’anglais to rely on, mais on ne peut retenir cette explication puisque, comme on l’a vu, il ne s’agit en fait que d’une concurrence ancienne en français entre deux prépositions (sur ou à). On préférera recourir, notamment dans la langue soignée, à la préposition usuelle à (se fier à), qui est la plus répertoriée par les dictionnaires.

 

Exemples :

 

- Je ne me fie pas à Jean pour obtenir des nouvelles de toi, car il colporte sans cesse de fausses rumeurs!

- Ces employés étaient rigoureux dans leur travail et on pouvait se fier à eux.

- Tu t’es malheureusement fiée aux promesses de ce séducteur sans scrupules.

- Ne vous fiez pas aux apparences : ce champignon semble appétissant, mais il n’est pas comestible.

- Peut-on se fier à ce qu’on lit dans les journaux?

- Pour planifier sa journée, Julie se fie à son horoscope.

- Ce document est-il crédible? Peut-on s’y fier?

 

Il est intéressant de savoir que, par le passé, le verbe se fier a également connu d’autres variations de construction, maintenant archaïques. En effet, il s’est employé antérieurement avec les prépositions de et en.

 

 

Pour en savoir davantage sur la conjugaison du verbe se fier, qui redouble parfois le i, vous pouvez consulter les articles Formes de l'imparfait et Formes du subjonctif.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles