Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Calomnie et médisance

 

On confond parfois les noms calomnie et médisance, dont les sens diffèrent mais qui partagent l’idée de « faire du tort ».

 

Calomnie vient du latin calumnia « chicane, fausse accusation ». Ce nom comporte l’idée de « fausseté », de « mensonge ». Il sert à exprimer une accusation mensongère faite pour causer du tort à la réputation d’une personne. Le verbe correspondant calomnier signifie « porter des accusations mensongères contre quelqu’un ou quelque chose » et, par extension, « accuser injustement ».

 

Exemples :

 

- J’ai peur qu’il ne me pardonne jamais d’avoir répété cette odieuse calomnie.

- De pures calomnies à son sujet ont été avancées dans les journaux à sensation.

- Ce produit a été tant calomnié dans les médias que plus personne n’ose l’acheter.

- Cette mauvaise langue prend plaisir à calomnier un peu tout le monde.

 

 

Médisance a été formé à partir du participe présent du verbe médire, anciennement mesdire « dire du mal ». Médire de quelqu’un, c’est donc dire sur lui des propos malveillants qui sont fondés ou que l’on croit fondés. Médisance signifie « action de tenir sur quelqu’un des propos malveillants mais véridiques, ou que l’on croit vrais, dans le but de lui causer du tort »; par métonymie, ce nom désigne aussi ces propos malveillants. Contrairement à calomnie, médisance comporte l’idée de « véracité ».

 

Soulignons enfin que le verbe médire, proche dans sa forme du verbe dire, se distingue de celui-ci lorsqu’il est conjugué à la deuxième personne du pluriel au présent de l’indicatif et à l’impératif présent; on aura ainsi respectivement : vous dites et dites, mais vous médisez et médisez.

 

Exemples :

 

- Cet enfant défavorisé est victime de la médisance faite par des jeunes de son école.

- Il a raconté des médisances sur son frère par esprit de vengeance.

- Pierre a pris plaisir à médire de ses supérieurs lorsqu’il a été congédié.

- Ma mère nous répétait souvent : « Ne médisez jamais de votre famille ou de vos amis. »



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles