Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Paronymes



Stupéfié et stupéfait

 

On confond parfois le participe passé stupéfié et l’adjectif stupéfait dont la forme et le sens sont proches, mais qui diffèrent par leur nature, leur emploi et leur construction.

 

Stupéfié est le participe passé du verbe stupéfier qui vient du latin stupefieri « être étonné », passif de stupefacere « étourdir, paralyser ». Ce verbe signifie « provoquer un étonnement, une surprise intense ». On peut être stupéfié par quelque chose.

 

Exemples :

 

- Sa prestation m’a stupéfié.

- Elle a été stupéfiée par la fin de ce film.

Stupéfiés par cette nouvelle, ils n’en ont pas dormi de la nuit.

 

 

L’adjectif stupéfait vient du latin stupefactus, participe passé passif de stupefacere « étourdir, paralyser ». Il se dit d’une personne profondément étonnée, surprise au point d’être dans l’impossibilité de réagir dans l’immédiat ou, par extension, d’une attitude qui exprime cet état. On peut être stupéfait de quelque chose.

 

Exemples :

 

- Je suis stupéfaite de voir un produit de si grande qualité conçu en si peu de temps.

- L’annonce de la mort de sa femme le figea; il resta stupéfait pendant un long moment avant de fondre en larmes.

- Elle le regarda d’un air stupéfait, puis lui répondit : « Bien sûr que je veux t’épouser! »

 

 

C’est l’emploi de stupéfait pour stupéfié qui a mené à la formation du verbe stupéfaire, à la fin du XVIIIe siècle, dont le sens est « étonner, frapper de stupeur ». Ce verbe, d’un emploi rare et littéraire, ne se rencontre qu’à la troisième personne du singulier du présent de l’indicatif et aux temps composés (il stupéfait, j’ai stupéfait, nous aurions stupéfait, etc.). D’ailleurs, plusieurs grammairiens et lexicographes ne reconnaissent pas l’existence de ce verbe. On emploiera ainsi de préférence le verbe stupéfier dans le même sens.

 

Exemples :

 

- Son audace a stupéfié son enseignante. (plutôt que : Son audace a stupéfait son enseignante.)

- Nous l’aurions stupéfié si nous avions remporté cette épreuve. (plutôt que : Nous l’aurions stupéfait si nous avions remporté cette épreuve.)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles