Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Français et francophone

 

On confond parfois les adjectifs français et francophone, qui ont des sens distincts mais qui peuvent dans certains contextes tous deux signifier « d’expression française ».

 

L’adjectif français a le sens de « qui est propre à la France, à ses habitants ou à sa culture ». Il sert aussi à qualifier ce qui est relatif à la langue qui a son origine en France, par exemple : la langue française, un mot français, un dictionnaire français.

 

Exemples :

 

- Louise apprécie beaucoup les cuisines française et italienne.

- Isabelle a eu de la difficulté à s’habituer à l’accent français lors de son séjour à Paris.

- La traduction française de ce roman est à la fois vivante et rigoureuse.

 

 

L’adjectif francophone signifie « relatif à une personne qui parle couramment français ou à un lieu où le français est la principale langue en usage ».

 

Exemples :

 

- Cet été, nous hébergerons des étudiants francophones du Maroc en visite au Québec.

- Ma famille habite Neuchâtel, une charmante ville francophone située en Suisse.

- Les textes de ce blogue francophone sont écrits dans une langue approximative.

 

 

C’est dans le sens général « d’expression française » que les adjectifs français et francophone sont très proches. Alors que francophone est relatif à la francophonie, c’est-à-dire à tous les locuteurs qui parlent français, français concerne plus particulièrement les locuteurs francophones de la France. Ainsi, la littérature francophone est celle de tous les locuteurs du français, et la littérature française, celle des francophones de nationalité française. Au Canada, on emploie parfois français à la place de francophone pour parler de certaines réalités; par exemple, on parle du Canada français, de la majorité française, d’un réseau français de télévision. On évitera toutefois les cas où il peut y avoir une ambiguïté sémantique.

 

Exemples :

 

- Sophie s’est spécialisée dans la littérature française du XIXe siècle. (ou, dans un sens différent : la littérature francophone)

- Mon cousin a grandi en Ontario où il a étudié dans des écoles francophones jusqu’à l’âge de seize ans. (ou, au Canada : des écoles françaises

 

 

Lorsqu’ils sont employés comme noms, français et francophone ont des sens distincts qui les différencient bien l’un de l’autre. Le nom français peut faire référence à la langue française ou, écrit avec une majuscule initiale, à une personne de nationalité française. Quant au nom francophone, qui s’écrit avec une minuscule initiale, il désigne une personne qui parle couramment le français.

 

Exemples :

 

- La majorité des clients de notre gîte touristique sont des Français.

- Les cours d’été de français langue seconde débuteront à la mi-juin.

- L’Association des francophones du Nunavut a souligné en 2006 son 25e anniversaire.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles