Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
L'adverbe



Beaucoup

 

L’adverbe beaucoup, formé de beau et de coup, autrefois biau cop, désignait à l’origine une grande et belle chose. Sa forme soudée a supplanté au XVIe siècle un des emplois de l’adverbe beau ainsi que l’adverbe moult, archaïsme encore utilisé aujourd’hui de façon ironique.

 

Beaucoup est d’abord un adverbe de quantité utilisé pour modifier des verbes; il ajoute une idée d’intensité, de quantité ou d’abondance à l’action évoquée par le verbe.

 

Exemples :

 

- Cet homme a toujours mangé beaucoup.

- Il a beaucoup neigé cet hiver.

- J’aime beaucoup les films de science-fiction.

 

 

L’adverbe beaucoup sert aussi à renforcer le comparatif de certains adjectifs et adverbes; il a alors le sens de « bien ». On l’emploie plus particulièrement comme concurrent de bien devant les adverbes mieux, moins, plus et trop. On le trouve aussi parfois devant les comparatifs meilleur, moindre et pire, mais plus rarement que bien. Pour exprimer une grande différence dans une comparaison, on peut utiliser la locution de beaucoup, avant ou après un adjectif. On emploie aussi parfois par ironie la locution un peu beaucoup au sens de « trop, vraiment trop ».

 

Exemples :

 

- Karine est beaucoup plus grande que Noémie.

- Le jet de la douche est beaucoup trop faible.

- Ce fauteuil est beaucoup moins confortable que le modèle inclinable.

- Il est beaucoup meilleur que moi. (ou, plus couramment : Il est bien meilleur que moi.)

- Lucie est de beaucoup plus audacieuse que moi. (ou : Lucie est plus audacieuse que moi, de beaucoup.)

- Arrogant, il l’est un peu beaucoup.

 

 

Au sens de  « très », l’emploi de beaucoup devant un adjectif est vieilli; seul son emploi avec un pronom représentant un adjectif est courant. Dans le même sens, on évitera l’emploi de beaucoup devant un nom faisant partie d’une locution verbale. On utilisera plutôt des adverbes comme très, fort, grandement.

 

Exemples :

 

- J’ai trouvé mes études universitaires très exigeantes. (plutôt que : beaucoup exigeantes)

- Perfectionniste, elle l’est beaucoup.

- Des vacances au soleil, j’en ai grandement besoin. (plutôt que : j’en ai beaucoup besoin)

 

 

Pour en savoir davantage sur l’accord du verbe lorsque le sujet comporte beaucoup ou beaucoup de, consultez l’article Beaucoup de.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles