Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le nom > Pluriel des noms > Noms propres



Pluriel des noms propres de lieux

 

Certains noms géographiques sont traditionnellement employés au pluriel et prennent par conséquent la marque du pluriel, s. Ces toponymes désignent un regroupement d’entités géographiques ou politiques (îles, chaînes de montagnes, provinces, continents, États, etc.).

 

Exemples :

 

- les Antilles

- les États-Unis

- les Landes

- les Laurentides

- les Appalaches

- les Maritimes

- les Prairies

 

 

Certains toponymes partagent l’élément principal de leur dénomination, par exemple Dakota du Nord et Dakota du Sud. Cet élément peut être employé seul au pluriel pour parler de ces lieux. Parfois, le nom au pluriel est ancré dans l’usage, comme les Amériques, mais le plus souvent, l’usage hésite entre le pluriel et l’invariabilité.

 

Exemples :

 

les Amériques

- les deux Canadas (ou Canada)

- les deux Carolines (ou Caroline)

- les deux Corées (ou Corée)

 

 

Lorsqu’un même toponyme est utilisé pour désigner plusieurs réalités géographiques, il demeure généralement invariable lorsqu’il est employé dans un contexte au pluriel.

 

Exemples :

 

- On compte en France plusieurs Nogent.

- Dans quelle région vas-tu exactement, puisqu’il y a deux Clermont au Québec?

 

 

On emploie aussi parfois, dans un sens figuré, un nom de lieu précédé d’un déterminant pluriel pour souligner différents aspects liés à ce lieu (classes sociales, positions politiques, etc.). Dans ce cas, le toponyme demeure généralement invariable.

 

Exemples :

 

- Lors de notre voyage, nous avons découvert deux Louisiane, la française et l’anglaise.

- La lutte fut serrée entre les deux Québec, le rural et l’urbain, lors du dernier référendum sur la souveraineté.

 

 

Enfin, les noms de lieux peuvent parfois être employés comme noms communs, par métonymie, notamment pour désigner un type de lieu. Dans cet emploi, le toponyme est généralement variable.

 

Exemples :

 

- New York, ma préférée des Babylones. (ou : ma préférée des babylones)

- Certaines grandes villes du Canada seront peut-être les nouvelles Romes de demain.

 

 

Pour en savoir davantage sur les toponymes, vous pouvez consulter les articles Toponymes administratifs et toponymes géographiques, Toponymes géographiques et Toponymes administratifs.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles