Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le nom > Accord du nom en phrase > Cas particuliers d'accord du nom



Onomatopées

 

Une onomatopée est un mot qui imite le cri ou le bruit d’un être, d’une chose. L’onomatopée fait partie de la catégorie grammaticale de l’interjection. Elle est souvent suivie d’un point d’exclamation, même à l’intérieur d’une phrase.

 

L’emploi des onomatopées est généralement établi dans l’usage, mais comme elles sont de création plutôt libre, elles présentent souvent des variantes de graphie; par exemple, pschitt (pschit, pscht ou pcht) sert à évoquer le bruit d’un liquide qui jaillit. On doit différencier l’onomatopée employée comme interjection (Le chat fait miaou.) de celle employée comme nom (le miaou du chat).

 

Exemples :

 

- Votre chien fait ouah! ouah! du matin au soir et ses aboiements commencent sérieusement à nous déranger.

- Le tic-tac de l’horloge me met les nerfs à vif lorsque je lis.

- Et clic! Elle me raccrocha au nez sans me saluer.

- Notre coq chante cocorico! tous les matins à la même heure.

 

 

Les règles d’accord des onomatopées sont imprécises et l’usage varie. Toutefois, l’onomatopée est toujours invariable lorsqu’elle est employée comme interjection. Lorsqu’elle est employée comme nom, elle est généralement variable si elle est composée d’un seul son (des atchoums) ou si elle est formée d’un même son qui est répété et soudé (des ronrons). À l’inverse, elle est généralement invariable lorsqu’elle est formée de sons, semblables ou non, qui sont séparés par un trait d’union (des miam-miam). On recommande, dans les propositions de rectifications orthographiques de 1990, de souder ces onomatopées et d’ajouter un s au pluriel lorsqu’elles sont employées comme noms; on aurait ainsi : des cuicuis, des tictacs, des tsointsoins. Mais comme l’usage est tout de même flottant quant au pluriel, en cas de doute, il est préférable de consulter un dictionnaire pour vérifier les usages consacrés.

 

Exemples :

 

- Leurs verbiages remplis de blablablas m’ennuient à mourir!

- Les coin-coin des canards et les glouglous des dindes l’ont fait rire aux éclats.

- Nous avons tous poussé des ouf! de soulagement en apprenant qu’il était sain et sauf.

- Entends-tu les cui-cui (ou les cuicuis) au loin, le pépiement des oisillons?

 

 

Enfin, il est intéressant de noter que la création d’onomatopées est réalisée de façon différente selon le système phonologique de chaque langue. Ainsi, même si le bruit produit par une chute dans l’eau est objectivement le même pour tous les locuteurs, le son exprimé par les onomatopées dans les diverses langues sera plus ou moins différent selon leur phonologie; ainsi, ce bruit est rendu en français par plouf (ploc ou floc), en anglais par splash, en espagnol par plof (pluf, plop ou tonfete) et en allemand par platsch.  



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles