Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le nom > Accord du nom en phrase > Nom épithète



Limite

 

Le nom limite est parfois juxtaposé à un nom, qu’il caractérise. Il signifie alors « extrême, maximal ». On ne met pas de trait d’union entre le nom et limite, qui prend la marque du pluriel s’il est juxtaposé à un nom pluriel, comme le ferait un adjectif.

 

Exemples :

 

- La date limite est le 31 mars, après quoi aucune inscription ne sera acceptée.

- Vous avez largement dépassé la vitesse limite, Madame!

- Il recherche ce genre d’états limites où l’existence révèle toute sa beauté et sa fragilité.

- Ce sont deux cas limites qui exigent une réflexion sur la nature même du problème.

 

 

Dans ces contextes, limite peut aussi avoir le sens de « tout juste acceptable ». Cet emploi de limite est ressenti par certains comme appartenant au registre familier. Là encore, il s’écrit sans trait d’union et prend la marque du pluriel, le cas échéant.

 

Exemples :

 

- Franchement, mieux vaut oublier ce genre de commentaires limites.

- Nous avons un budget limite pour les vacances de cette année.

- C’est vraiment limite comme proposition, ne trouves-tu pas?

 

 

Enfin, mentionnons que la locution sans limites s’écrit avec un s.

 

Exemple :

 

- Elle voue à ce pianiste une admiration sans limites.

 

 

Pour en savoir davantage sur le nom épithète, vous pouvez consulter l’article Généralités sur le nom épithète.

 

 

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles