Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Mise en relief > Autres procédés de mise en relief



Mise en page

 

La mise en relief des titres, des sous-titres ou de parties d’un texte peut se faire avec différents procédés qui touchent la mise en page.

 

Une mise en page aérée, en raison de l’utilisation plus importante de blancs, de marges et d’interlignes, est un moyen de mettre en valeur des parties de texte, d’en faciliter la lecture et de jouer avec la présentation visuelle.

 

Exemple :

 

Tout était calme, et rien n’aurait pu laisser croire qu’une seule âme ait rôdé autour de la maison depuis des années. Elle semblait inhabitée, définitivement abandonnée. Le coffre, bien que caché, avait pourtant bel et bien disparu au cours de la nuit. Le voleur n’avait laissé aucune trace. Il semblait n’avoir même pas eu à forcer la serrure : elle était intacte.

 

 

Le retrait de la première ligne d’un paragraphe indique le début de ce dernier mais attire aussi l’attention sur celui-ci. Il est également possible, quoique plus rare, de mettre en valeur un paragraphe en débutant sa première ligne dans la marge; ce procédé, aussi appelé débord, permet d’insister sur des parties de texte de façon originale.

 

Exemple :

 

Tout était calme, et rien n’aurait pu laisser croire qu’une seule âme ait rôdé autour de la maison depuis des années. Elle semblait inhabitée, définitivement abandonnée. Le coffre, bien que caché, avait pourtant bel et bien disparu au cours de la nuit. Le voleur n’avait laissé aucune trace. Il semblait n’avoir même pas eu à forcer la serrure : elle était intacte.

 

 

Les filets ou bordures, qui sont des traits fins et continus placés autour de parties de texte, peuvent faciliter la lecture en délimitant des zones, les distinguant ainsi des éléments qui les entourent. Qu’ils soient verticaux ou horizontaux, placés à côté, au-dessus ou en dessous d’un bloc de texte, ils permettent d’attirer l’œil sur ce dernier et de le mettre en valeur. Une zone de texte peut aussi être complètement encadrée et isolée du reste du texte. Les cadres et les filets doivent toutefois être utilisés de façon modérée pour ne pas alourdir la composition et briser le rythme de la présentation des informations.

 

Exemples :

 


Tout était calme, et rien n’aurait pu laisser croire qu’une seule âme ait rôdé autour de la maison depuis des années. Elle semblait inhabitée, définitivement abandonnée. Le coffre, bien que caché, avait pourtant bel et bien disparu au cours de la nuit. Le voleur n’avait laissé aucune trace. Il semblait n’avoir même pas eu à forcer la serrure : elle était intacte.


 

Tout était calme, et rien n’aurait pu laisser croire qu’une seule âme ait rôdé autour de la maison depuis des années. Elle semblait inhabitée, définitivement abandonnée. Le coffre, bien que caché, avait pourtant bel et bien disparu au cours de la nuit. Le voleur n’avait laissé aucune trace. Il semblait n’avoir même pas eu à forcer la serrure : elle était intacte.

 

 

Enfin, l’utilisation d’images ou de symboles dans un texte long permet de faciliter la lecture et de mettre en relief certaines informations. L’emploi de symboles associés à certains mots peut aussi être un moyen d’insister sur une information; par exemple, l’utilisation des symboles des signes de ponctuation dans un texte qui traite de leurs emplois peut être un procédé de mise en valeur intéressant. Enfin, les puces permettent notamment d’attirer l’attention sur des listes ou des instructions comme :

 

  • Une liste de sujets
  • Une recette
  • Un itinéraire
  • Un mode d’emploi
  • Une procédure à suivre


Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles