Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Pardonner

 

Le verbe pardonner admet plusieurs constructions. On dit habituellement pardonner quelque chose à quelqu’un. Sont également courantes les formes pardonner quelque chose, pardonner à quelqu’un et pardonner employé sans complément.

 

Exemples :

 

- Il pardonnera cette indiscrétion à sa mère.

- Pardonnez ma franchise, mais je trouve cette musique insupportable.

- Tu sais bien que Pauline lui a pardonné.

- Cette maladie ne pardonne pas, malheureusement.

 

 

La tournure pardonner quelqu’un est un emploi archaïque, devenu rare et maintenant considéré comme littéraire ou comme fautif, selon les grammairiens. Toutefois la forme passive être pardonné (en parlant d’une personne) est répandue et admise par tous.

 

Exemples :

 

- Ne t’en fais pas, tu es tout pardonné.

- Vous êtes pardonnés, mais de grâce ne recommencez pas!

- Rien de plus aisé que de la pardonner, cette chère enfant! (emploi rare et critiqué)

 

 

Parmi les autres emplois particuliers de pardonner, mentionnons la forme littéraire pardonner à quelque chose (au lieu de pardonner quelque chose). Il s’agit d’une personnification de la chose en question.

 

Exemple :

 

- Pardonnez à sa distraction, elle oublie souvent ses rendez-vous, même les plus doux!

 

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles